Présentation

Profil

Jeudi 7 mars 2013 4 07 /03 /Mars /2013 17:21

Soldats-tchadiens-au-Mali.jpgDepuis près de quatre semaines, l’ « armée nationale » tchadienne est plongée jusqu’au turban dans la  guerre asymétrique du Mali où les militaires français, tchadiens et les forces des états de la Cédéao s’affairent autant à préserver l’intégrité d’un Etat souverain.

Idriss DEBY Itno n’en est pas pour autant un héros. Loin s’en faut. Malheureusement les troupes tchadiennes, bien que lourdement armées, et certainement courageuses, sont en réalité peu aptes à la guerre dans les grottes et les canyons. Conséquence : les pauvres militaires tchadiens tombent comme des mouches. C’est triste.  Mais le maître du Tchad s’en fout !

Depuis que l’offensive contre les djihadistes a été déclenchée au Mali, le macabre décompte des morts n’arrête pas d’alimenter les statistiques des états-majors. Bien évidemment largement positionnés au sommet du listing des pertes en vies humaines, les djihadistes sont aussi fauchés à chaque clash avec les forces coalisées.

Deuxième sur ce hit parade rouge sang, les tchadiens qui, depuis le début des opérations, ont payé un lourd tribut, victimes des mines, des embuscades et des traquenards divers. Et ce pour la simple raison que ce sont le contingent tchadien qui est envoyé systématiquement en première ligne, autant pour servir de chair à canon qu’à engager les premiers échanges. 

Bons derniers sur le listing des morts au front, et bien contents de l’être, les troupes françaises qui n’ont perdu en tout et pour tout jusqu’ici que … trois légionnaires. Une véritable balade à peu de frais pourrait-on dire !

En attendant la suite de ce conflit qui pourrait durer plus longtemps que prévu, la vérité est que les militaires tchadiens qu’une certaine presse avait trop allègrement présentés comme des « spécialistes du combat du désert » n’en mènent vraiment pas large, et même ne savent plus sur quel pied danser. Certainement par ce que la guerre du Mali n’est pas « une guerre du désert ». Pourtant ils avaient atterri bau Tchad la fleur au fusil, un peu comme les soldats français en 1914 …

Ils ont vite découvert que la guerre du Mali se déroule dans les montagnes, dans un environnement totalement différent du terrain tchadien où – il faut aussi l’avouer – ils  n’avaient véritablement jamais eu le dessus sur les forces de l’opposition politico-militaire.

De plus, le style d’accrochages sporadiques du style guérilla est un mode de confrontation que la milice de Deby ne connait pas et n’avait jamais eu l’occasion d’expérimenter, à part la débâcle qu’elle avait subie en 2000 face à la rébellion du MDJT au Tibesti dans l’extrême nord du Tchad. Quoi de plus normal donc que les militaires tchadiens paient une si lourde facture ?

Idriss DEBY a un souci permanent de gloriole. Il adore jouer les matamores de foire, et depuis quelques six mois, se prend pour Zorro qui peut aller jouer les justiciers ou les forces d’interposition aux quatre coins de l’Afrique en misant sur une réputation – en réalité – surfaite de son armée qui est composée de guerriers cruels et téméraires, mais ne disposant d’aucune qualification technique en matière de conflits conventionnels ou asymétriques.

Quoi d’étonnant donc que les soldats tchadiens mordent si lamentablement la poussière au jour le jour dans des confrontations qui exigent avant tout une expérience avérée du combat au finish ? Malheureusement, et c’est tout simplement cynique, pour ne pas « affecter le moral des troupes » (comme le prétend l’état-major tchadien) on s’abstient de donner les vraies pertes du camp tchadien. On tait les noms des morts, on fait le black out sur les blessés et les estropiés, on enterre les morts à la hâte dans la seule optique d’offrir une illusion d’optique à l’Afrique et au monde entier.

Il est vrai que la présence de l’armée française rassure et offre des gages de protection sur le théâtre militaire malien, mais la vérité est qu’Idriss DEBY s’est engagé dans ce conflit de façon trop désinvolte, présumant de façon inconsidérée de ses forces, uniquement obnubilé par l’obsession de se faire voir aux yeux de François Hollande et de se forger une image factice de grand allié de l’occident.

Normal, il tient à faire oublier son règne de 22 ans sur le Tchad, les assassinats et disparitions d’hommes politiques et l'usage permanent de la terreur contre la population paisible. En faisant appel aux troupes de Deby contre les djihadistes dans le Nord du Mali pour y instaurer la démocratie, la France joue avec le feu. On ne peut pas éteindre un incendie avec des incendiaires…

Pourra-t-il éternellement faire illusion, et pour combien de temps encore ? Dieu seul sait, mais en attendant, ni le procès cousu de fil blanc d’Hissein Habré qu’Idriss DEBY ITNO s’obstine à vouloir financer au Sénégal,  - dans l’espoir qu’il ne sera même pas témoin, ni cette implication irréfléchie de l’armée tchadienne au Mali  - qui accumulent les morts parce que peu qualifiée  -  ne réussiront jamais à transformer sa réalité. Pendant ce temps, les soldats du Tchad continuent à crever au Mali. Pour sa gloire.

Par D.D  | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés