Présentation

Profil

Dimanche 3 mars 2013 7 03 /03 /Mars /2013 13:56

Contingent tchadien au Mali - Photo Awihdainfo.comSelon une source fiable proche de l’Etat-major tchadien, la présidence de la république avait délibérément travesti le bilan annoncé le 8 février 2013 par Ndjamena-matin.com relativement à l’embuscade du 5 février pour ne pas casser le moral des troupes, car une chose est  sûre : le décompte des victimes  de l’embuscade du vendredi 22 février peut sans conteste être qualifié de catastrophique : 117 tués dont 68 sur place, et 27 ayant succombé à leurs blessures. Malheureusement c’est de ceux là que le gouvernement a fait état.

Sans oublier que 22  des 23 soldats tchadiens faits prisonniers, avaient été fusillés par les Djihadistes.

Parmi ces infortunés, un qui arborait une petite marque noire sur le  front (symbole de pratiquant très pieux de certaines communautés musulmanes du Tchad) avait été relâché.

C’est lui qui a pu révéler la réalité de l’exécution sommaire de ses camarades à ses collègues du contingent en leur révélant le message que les djihadistes lui avaient ordonné  de délivrer aux autres militaires tchadiens. Un message formulé comme suit : « vous êtes des incultes et votre président Idriss Deby est un mécréant. Nous attendons le reste de sa troupe pour lui réserver ce que vous venez de subir… ». Malheureusement, après avoir rejoint le lendemain ses camarades, et leur avoir donné la substance de ce message, ce soldat a, sur instructions d’Idriss  Deby,  été immédiatement transféré à Bamako,  puis à N’Djamena où il a directement été confiné à l’isolement  dans un local secret non loin  du Palais présidentiel, où  il subit depuis lors des tortures afin qu’il dise, on ne sait quelle vérité sur le sort de ceux de ses camarades qui sont portés disparus.

En outre, ce que l’on ne peut cacher est, qu’en marge des soldats tués ou exécutés, on a pu dénombrer dans le registre des déboires du contingent Tchadien,  un nouveau  total cumulé de 67 blessés,  et une importante perte de matériel : 15 véhicules blindés abandonnés (AML, RAM,…) et 35 véhicules 4x4 de transport des troupes détruits, selon la même source.

Suite à cette défaite, les troupes encore en action au Mali sont sous le choc et bon nombre de ces soldats ne cachent pas  leur désir de retrait du Mali. Mais Deby leur a promis à chacun une prime spéciale d’un million de FCFA.

Par ailleurs, selon des sources encore plus crédibles, 7 militaires proches des victimes auraient été arrêtés dans la nuit 01 mars à N’Djamena  pour avoir publiquement manifesté leur mécontentement.

De même, il se dit qu’à N’Djamena toujours,  27 officiers proches du clan du président tchadien Deby, lui auraient exigé le jeudi 28 février une « dia » - indemnité du sang  – pour leurs proches  tués au Nord-Mali. Face à cette situation, il se dit que pour désamorcer cette  pression,  et  éviter  de ce fait un éventuel effet de domino, Deby aurait vite cédé de peur que la généralisation de ce genre de revendication ne vienne attiser la tension - déjà perceptible - au sein de son propre clan, ou, à tout le moins,  donner l’idée à d’autres.

Il faut dire que, en provenance du front, les nouvelles ne sont guère gaies : En effet,  à en croire une source proche de l’état-major en place au Mali, on a tout récemment enregistré une importante défection de soldats du contingent tchadien déployé au Mali. Cette information est sous l’effet d’un black-out total.

Nous l’avions annoncé le mercredi 27 février.  Il avait été question d’au moins 200 soldats ayant pris la poudre d’escampette à bord d’une vingtaine de véhicules alloués au contingent tchadien. Ces soldats avaient fait défection après la débâcle des troupes tchadiennes dans le massif montagneux des Ifoghas.

Il se dit qu’Idriss  Deby,  Informé de ce couac, a été contraint d’engager le jeudi 28 février une négociation directe par téléphone avec ces soldats en vue de leur retour au front Malien.

Bien que  déjà parvenus à la frontière nigérienne, ces déserteurs auraient accepté, après moult négociations,  le versement d’une somme de 4 milliards promise par Deby en guise de primes. C’est ainsi, précisent ces sources,  que les déserteurs auraient rejoint le vendredi 01 mars soir leur base au Mali.

Voilà pour les faits sur les développements tenus secrets de l’implication du Tchad sur le front malien.

Au-delà de leur affligeante réalité, quelques questions taraudent l’esprit de tous les tchadiens : alors que la colonne tchadienne est tombée le vendredi 22 dans une embuscade dans la zone de l’Adrar des Ifoghas, sur un passage sablonneux et contigu entre deux massifs montagneux ( la tête du convoi avait sauté vers 11 h sur des mines téléguidées,  au même moment la queue de ce même convoi était surprise par la violence d’un pilonnage d’armes lourdes orchestré par des Djihadistes cachés dans des grottes ), la colonne des troupes françaises se mouvant beaucoup plus en arrière,  et bien qu’informée de la catastrophe,  n’est pas venue à leur rescousse.

A quoi joue donc la France ? Cela expliquerait certainement le fait que certains officiers tchadiens s’insurgeraient avec véhémence en ce moment contre le commandement français de l’opération Serval de n’avoir pas donné suffisamment de renseignements militaires aux troupes tchadiennes balancées en tête comme chair à canon? 

De la chair à canon, les soldats tchadiens commencent à épouser de plus en plus cette conviction.

La preuve, si Deby voulait réellement traquer les Djihadistes, il aurait pu intercepter une colonne d’une vingtaine de véhicules venant du Nord-Mali qui avait traversé, dans la première semaine du mois de février l'extrême Nord du Tchad – où les bases militaires tchadiennes du Tibesti à Tiné en passant par Ounianga dans l’Ennedi, ont pourtant été renforcées ces derniers temps.

Selon des informations dignes de foi, ces djihadistes camperaient dans le massif montagneux de Djebel Moun au Dafour (Soudan). Deby et son homologue soudanais étaient bien informés de ce mouvement.

Que ce même Deby envoie donc aujourd’hui, loin de nos frontières,  les fils du Tchad au carnage juste pour entrer dans les bonnes grâces du président français Hollande et bénéficier des décaissements  financiers de la Cédéao. A l’issue du dernier sommet de la Cédéao tenu à Yamoussoukro (Côte d’Ivoire), Deby aurait réclamé froidement, et toute honte bue,  la somme de près de 100 milliards de FCFA à Alassane Ouattara pour le traitement des troupes tchadiennes.

En effet, au-delà de la nécessité du  renforcement des effectifs de l'armée et du matériel dans l'Est du pays,  les défections successives constatées ces derniers temps, ainsi que le malaise au sein de l’ensemble des forces tchadiennes de défense et sécurité suscité après le carnage dont a été victime le contingent déployé au Nord-Mali, sans oublier la présence des présumés Djihadistes dans le Darfour, Deby a des insomnies.

Nous savons que les spécialistes du révisionnisme s’empresseront de mettre en cause les bilans que nous avons l’honnêteté de porter à la connaissance de l’opinion, – comme ce fût le cas des précédents mais par ce que nous avons le devoir d’informer les tchadiens et l’opinion internationale sur ce que Deby leur cache, personne ne nous empêchera de faire notre job.  Il reviendra à chacun d’apprécier. Et de juger !

Par D.L  | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • L’armée française est-elle un tigre en papier ?
    En France, tous les observateurs en sont babas à l’heure qu’il est : Rien ne va plus dans l’Armée française où tous les indicateurs sont au rouge vif depuis au moins deux ans. Ainsi, la Cour des Comptes, abasourdie et désorientée par les plus récentes données informatiques et budgétaires, n’a plus eu d’autre choix que de hurler...
  • Comment être dans la meilleure des postures pendant le mois béni de Ramadan?
     Par Talha Mahamat Allim Genève, Suisse. Le mois béni de Ramadan est non seulement l’une des meilleures et des plus belles écoles de la vie, mais véritablement un Trésor inestimable d’opportunités individuelles, familiales et communautaires, en se rapprochant davantage dans la recherche...
  • France • Sarkozy récolte ce qu’il avait laissé faire contre Chirac
    Pour la deuxième fois dans la Vè République, un ancien chef de l’Etat a maille à partir avec la justice française,  et la presse – surtout celle à scandale – s’en donne à cœur-joie. Il s’agit bien de Nicolas Sarkozy qui, pour l’heure crie à l’acharnement judiciaire, oubliant qu’il avait laissé faire la même chose contre son...
  • Sénégal : Le dossier Hissein Habré donne la poisse à Macky Sall
    La récente déculottée que vient d’essuyer Macky Sall et son parti dans le cadre des dernières élections municipales du 29 juin dernier n’a guère surpris les analystes froids qui savent bien que son succès à la présidentielle de 2012 n’avait en réalité été qu’une sanction contre Abdoulaye Wade qui n’avait pas eu le tact de quitter le...
  • Afrique : l’endettement est-il soutenable ?
    Si la perspective d’une croissance prometteuse incite les pays africains et avec eux les bailleurs de fonds à l’optimisme, le retour en force, depuis 2007, des pays africains sur les marchés financiers internationaux (émission d’emprunts obligataires libellés en dollars), soulève des inquiétudes au sujet de la soutenabilité de leur...
  • Le mois béni de Ramadan arrive ! Profitez de ce Trésor considérable.
    Assalamou Alaykoum chers frères et sœurs; Le Mois béni de Ramadan 1435 de l’hégire, correspondant à l’année 2014 s'approche à pas de géant. Bienvenue au plus prestigieux des hôtes sur terre. InchaAllah d'ici quelques heures, nous allons l’accueillir avec la plus grande joie et la plus grande ferveur...
  • Tchad : un pays sans armée
    Comme promis dans nos précédents écrits, nous essayerons de parler de l’armée Tchadienne, pardon de ce qui y tient lieu. Créée en 1961 soit une année après l’indépendance du Tchad, l’Armée Nationale Tchadienne, importante institution de l’Etat a vécu le temps d’un régime. Les généraux Doumro puis Félix Malloum qui l’avaient...
  • Liberté africaine : mythe ou réalité ?
    Le 15 avril 1958, à Accra, au Ghana, les dirigeants africains et des militants politiques se sont réunis à la première Conférence des États africains indépendants. La Conférence a appelé à la création de la journée africaine de la liberté, une journée pour « évaluer chaque année le progrès du mouvement de libération, et pour...
  • Afrique : présent versus futur
    La Banque africaine de développement (BAD) a organisé ses réunions annuelles à Kigali, au Rwanda, du 19 à 23 mai dernier. L'ambiance était optimiste et le pressentiment d'un essor économique imminent était palpable, du moins pour l'avenir. La banque a publié ses perspectives économiques pour l’Afrique avec des projections de...
  • Pour que la « renaissance de l’Afrique » devienne réalité
    Un bel avenir pour l'humanité dépend en grande partie de celui de l'Afrique, lequel dépend en grande partie de la capacité de ce continent à offrir des emplois et des perspectives à sa population de jeunes en pleine croissance. L'avenir des emplois dans cette région dépendra fortement d'un secteur privé sain, prospère et inclusif....
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés