Présentation

Profil

Dimanche 4 avril 2010 7 04 /04 /Avr /2010 20:54

Opposition_militaire_tchadienne_et_delegation_gouvernement_.jpgCeux qui avaient trop hâtivement cru qu’en expédiant une délégation de « négociateurs » rencontrer les leaders de l’opposition militaire Tchadienne à Khartoum, Deby s’était enfin engagé à rechercher la paix, en sont aujourd’hui pour leurs frais : Il n’y a pas eu de dialogue à Khartoum, mais plutôt un scabreux monologue des émissaires de N’djamena qui n’ont brandi – les yeux hors de leurs têtes et la main sur leurs pistolets – qu’une seule alternative : la reddition ou le ralliement. Ça ou rien. Forcément, le dialogue a tourné court. Les forces de la Résistance ne se sont plus senties concernées par une telle perception de la recherche de la paix.

C’est ainsi que la délégation gouvernementale s’en retourne ce jour à N’djamena, emportant dans la soute de son avion la responsabilité de cet échec – un de plus – dans la recherche d’une paix qui, plus que jamais, demeure hypothétique.

 

 

Sous la conduite – pas très éclairée, il faut l’avouer – du fameux «  médiateur national » Abderamane Moussa, une délégation de quelques caciques du régime MPS est partie de N’djamena – tout le monde le sait – le 31 Mars dernier pour se rendre à Khartoum dans le but – officiellement affirmé – d’animer une rencontre préliminaire dite de négociation de paix avec les leaders de l’opposition militaire Tchadienne.

Comme membres (treize) de cette délégation – beaucoup le savent aussi – il y avait : Asseid Gamar Sileck ( député MPS ), le « général » Kalimi Koudimi ( qui a eu à diriger à plusieurs reprises des opérations de répression contre la résistance militaire), le « général » Mahamat Delio ( cousin de Deby), Ahmat Mahamat Bachir – le « perroquet national » ( ministre de l’Intérieur), et quelques autres seconds couteaux de la dictature qui ont débarqué à Khartoum  les sourcils froncés et les mâchoires crispées. Preuve de leur peu de disposition au compromis.

En tout cas, de l’avis de bon nombre d’observateurs, Deby aurait pu trouver mieux pour composer une délégation aux missions aussi délicates.

 

Quoi qu’il en soit, cette équipe a rencontré les leaders de la Résistance militaire Tchadienne le 1er Avril – quelle idée ! – et les deux jours qui ont suivi.

Il importe en tout cas de préciser que le général Mahamat NOURI – qui avait subodoré que cette rencontre ne pouvait déboucher que sur un cul de sac à cause du manque d’épaisseur de l’équipe envoyée négocier – n’a pas voulu, dès le départ, y prendre part. C’est sur la grande insistance de la plupart de ses camarades, et même des autorités Soudanaises, que le président de l’UFDD consentit enfin à changer de posture..

Le vendredi 02 Avril, en guise de salamalecs, les envoyés de Deby ont proclamé une prétendue volonté d’aboutir à la paix.

En face les politico militaires ont affirmé leur perpétuelle disposition au dialogue et à la paix, surtout dans la perspective d’un dialogue franc et sans faux fuyants dans le cadre duquel les causes réelles de la fracture, ainsi que les véritables conditions susceptibles d’aboutir à une paix véritable et durable,  seraient pris en compte.

 Mieux : l’UFR s’est réjouit que le gouvernement Tchadien ait enfin reconnu la réalité de son existence, ainsi que le fait  qu’aucune solution de paix ne  pouvait être trouvée sans l’implication de cette entité ayant unifié l’essentiel des formations engagées dans la lutte armée.

Mais samedi 03 Avril, les émissaires du despote ont montré – comme on dit –leur vrai visage. Ils ont campé une posture aussi butée que radicale : Pas question de l’implication d’un autre médiateur autre que celui Tchadien. Ils n’ont pas voulu, non plus, entendre parler de la participation à ces pourparlers de la communauté internationale suggérée par l’UFR.

Ainsi pour les émissaires de N’djamena, ni l’ONU, ni l’Union Européenne, ni l’UA, ni la CEMAC, ni la CEN SAD n’avaient rien à faire dans ces pourparlers où, en fait, leur présence aurait été indubitablement positive.

Et enfin, ils n’ont – en substance – délivré qu’un seul message : « Revenez au Tchad, nous sommes en train de le construire, et vous aurez tout ce que vous voudrez »

En clair : Déposez vos armes et venez rallier notre régime sans poser de conditions !

Face à un discours aussi peu rassurant, les membres de l’UFR – qui avaient bien pressenti qu’il y aurait peu de chances que le langage de cette délégation vole bien haut - ont néanmoins demandé quelles garanties leur étaient offertes.

Bachir3.jpg« Aucune garantie », a aboyé le « perroquet national »  Mahamat Bachir – qui semblait même en état d’ébriété – « nous sommes en train de construire le Tchad, si vous voulez le faire avec nous, venez, sinon restez là où vous êtes ! »

 

« Mais », aura questionné un leader de l’UFR,  « on a vu des opposants comme Abbas Koty revenir au Tchad sans aucune garantie, ils ont été bousillés par la suite. »

 

Réponse du tac au tac de Mahamat Bachir encore pus furieux : « Nous sommes venus ici vous dire de revenir au pays. Si vous y revenez pour faire des bêtises comme Abbas Koty, vous serez aussi bousillés comme lui ! »

Pas très diplomatiquement correct comme réponse !

 

On comprend donc que l’échange ait vite, et même très vite, tourné court.

Il était clair comme de l’eau de roche que la délégation dictatoriale n’était venue à Khartoum qu’avec des diktats dans ses valises, sans aucune concession à faire :

Et une fois de plus, l’UFR a étalé aux yeux du monde entier et de l’Afrique son inépuisable propension au dialogue et à la recherche de la paix.

La délégation de l’UFR a réaffirmé – avec une formidable dignité – sa disponibilité à résoudre, par la voie pacifique, les problèmes du Tchad, pourvu que ce soit dans le cadre d’un dialogue inclusif franc, un cadre qui gagnerait même à être enrichi par le parrainage de cette communauté internationale qui pourrait ainsi être le témoin et l’artisan d’une paix qui n’est que trop souhaitée depuis plus d’une demi douzaine d’années.

Mais les émissaires de Deby qui n’ont certainement fait que respecter à la lettre ce qui leur avait été prescrit pare leur maître à leur départ de N’djamena, ne s’en sont tenus à Khartoum qu’ à des injonctions qu’ils n’ont fait que débiter de façon répétitive, provoquant ainsi  la fermeture d’un dialogue qui aurait pu réjouir toute l’Afrique s’il avait été conduit de manière sincère..

Selon l’agenda de la délégation Gouvernementale, elle devrait quitter Khartoum ce dimanche 04 Avril ou le mardi, selon d’autres sources, avec la certitude encore plus affirmée que jamais l’opposition Armée n’acceptera une négociation de paix au rabais, et encore moins une humiliante reddition après tant de sacrifices et de martyrs.

Quelle sera la suite de cet échec cuisant de la dictature sur le sol Soudanais où Deby avait aboyé, il y a quelques semaines encore,  être un homme de paix, mais dont le régime est incapable de conduire des pourparlers de paix avec cohérence ?

Difficile de dire comment cela va se passer du côté de la dictature qui devra multiplier les contorsions face aux pressions de la Communauté internationale qui le presse de faire la paix avec son opposition.

Mais pour ce qui concerne l’opposition militaire - représentée de façon disparate en pareille circonstance - les choses sont déjà clairement définies : Au lendemain de cette comédie, un congrès de l’UFR doit se tenir dans les plus brefs délais, indispensable de lever les malentendus, divergence et contradictions en son sein depuis l’échec de l’offensive de mai 2009.

Un congrès dont l’objectif est de redessiner les contours de la nouvelle option de lutte armée contre un régime autiste qui ne pense décidément qu’à aller jusqu’au bout de sa dictature.

La Résistance Armée qui vient d’être requinquée dans sa détermination face à la petitesse des hommes et des politiques du camp honni, vient de se voir davantage dopée par une détermination nouvelle à aller jusqu’au bout de sa résistance, c’est à dire, jusqu’à la chute du régime MPS et de son gourou.

 

Par A.K | Ndjamena-matin

-----------

Lire aussi:

Tchad : Idriss Deby veut-il sincèrement faire la paix avec la résistance ?

Par Ndouné - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • Idriss Deby engage la guerre contre le nord du Tchad !
    On le sait : Idriss Deby a fait un passage-éclair au nord du Tchad, mercredi dernier 13 août. En marge des criminelles instructions qu’il y avait données à sa soldatesque consistant à arrêter et tuer tout orpailleur vu à bord d’un véhicule 4x4, Il avait, par ailleurs, au cours de la soirée de cette journée, rencontré et discuté...
  • Tchad | Passage de Deby à Faya • La situation s’envenime : des morts et de nouvelles désertions !
    Quand la nouvelle a fusé que le Sultan Président était en train de se rendre à Faya pour,  pense-t-on, apaiser les tensions, beaucoup avaient pensé que c’est le dialogue et l’apaisement des passions qui allaient être au menu de la descente présidentielle. Que non ! Dès que le dictateur est descendu de son avion,...
  • Conséquence des affrontements dans le Tibesti : Brouille dans la famille présidentielle et désertion en masse dans la Garde Présidentielle !
    Décidément, les durs affrontements dans le Tibesti sont en train de produire de dramatiques effets induits : Avant-hier, mardi 12 août,  sept véhicules armés 4x4 bondés d’éléments de la Garde Présidentielle ont traversé la frontière soudanaise en passant par Moito – à mi-chemin entre N’Djamena et Ati -  aux alentours...
  • Tchad • Meurtres en masse, rapines, villages brulés, climat de terreur : L’Armée de Deby massacre des orpailleurs tchadiens dans le Tibesti
    Depuis plus d’une semaine, de violents affrontements armés enflamment la région du Tibesti et installent une indicible inquiétude calcinant une zone allant de la lisière de la frontière Tchado-Nigérienne à la quasi-totalité de la région du Tibesti. On y voit des militaires de l’armée tchadienne traquer et tuer sans vergogne des...
  • Décryptage • La visite de Hollande au Tchad : les enjeux
    François Hollande a débarqué  le 18 juillet 2014 au Tchad en pleine nuit – pour repartir le lendemain matin – sans même avoir visité N’Djamena. Il était venu avant tout, on l’a vu, pour installer Idriss Deby Itno dans sa fonction de « shérif »  contre le terrorisme en Afrique, mais après son départ, on réalise...
  • Baccalauréat au Tchad : la médiocrité perdure
    Au-delà des tonotruants travaux pharaoniques face auxquels l’homme de passage au Tchad – et particulièrement à N’Djamena pourait s’extasier – et qui donnent la fausse impression que le Tchad avance, il est un secteur qui maintient ce pays au bas du tableau des états les moins alphabétisés du continent, sinon du monde :...
  • Arrêt sur images • Tchad : La canne-fétiche de Deby pour la survie du fauteuil présidentiel !
    Depuis l’assaut raté des rebelles tchadiens en février 2008 qui les avait mené jusque devant le portail du palais présidentiel,– et qui avait failli culbuter le régime MPS en quelques heures – Idriss Deby avait compris qu’il était vulnérable et qu’il lui fallait absolument se protéger à tout prix. Il n’a pas fait moins que de se...
  • Sommet États-Unis/Afrique : la diaspora tchadienne organise un sit-in devant la Maison Blanche
    Protestation des Tchadiens devant la Maison Blanche - Le 05 Août 2014 de 09h à 17h. Barack Obama, le président des États-Unis d’Amérique a invité les chefs d'État et de gouvernement du continent à prendre part à un sommet États-Unis-Afrique les 5 et 6 Août prochains à Washington. Le dictateur...
  • Tchad : A quoi sert le pétrole ?
    Comme la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne producteurs de pétrole, le Tchad est à son tour frappé par la malédiction du pétrole. Devenu l’objet de convoitise des colosses exportateurs pétroliers, le pétrole du Tchad a été pendant longtemps jalousement gardé par les dirigeants politiques du pays depuis l’indépendance. Le...
  • Hollande à Ndjamena : Cynisme impérial
    Le cynisme affiché pendant la récente visite du président français à son homologue  tchadien assoit et justifie l'iniquité et la tyrannie que ce dernier exerce sur son peuple. Des impératifs de sécurité justifient parait-il la démarche de la diplomatie française, d’inspiration socialiste qui hier jurait avant de prendre le...
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés