Présentation

Profil

Vendredi 20 avril 2012 5 20 /04 /Avr /2012 08:05

Algerie---legislatives.jpg Les législatives 2012 en Algérie coïncident avec l’entrée en vigueur des réformes politiques engagées par le pouvoir dans le sillage du printemps arabe. Elles sont destinées à apporter un changement dans le pays régi à la baguette par un régime totalitaire. En l’absence de règles démocratiques les plus élémentaires notamment dans la confection des listes et le choix des candidats, ces élections vont précipiter le pays vers la débâcle. D’ores et déjà, leurs préparatifs renvoient une image affligeante.

Le printemps arabe éclate et secoue le régime algérien qui tente, en janvier 2011 sous la pression de la rue, une ouverture en suggérant des réformes politiques (portant amendement de textes de loi : le code de l’information, la loi sur les partis politiques et les associations, le code des communes et la loi électorale.). Conjoncture oblige, le pouvoir cherche à apaiser les esprits des manifestants qui réclamaient l’équité sociale, le partage égal des richesses et plus de libertés démocratiques. Justement à propos des libertés démocratiques, au moment même où les réformes sont mises en œuvre, le pouvoir poursuit ses intimidations et sa répression parfois violente contre des manifestants pacifiques. Le droit de s’exprimer, pourtant garanti par la Constitution, continue à être bafoué par les « meneurs » des réformes. Cette attitude du régime n’augure en rien pour le changement auquel aspire le peuple ; elle discrédite de surcroit les prochaines législatives.

Habile, le pouvoir s’est ingénié à émietter la classe politique. Dans la foulée des réformes, une centaine de formations politiques ont été autorisées. Face à l’échec des partis ayant dominé la scène politique ces dernières années, le pouvoir mise sur ces « nouveaux nés » pour prêcher des paroles autres que celles du régime. En somme, ces  partis fantoches ignorent totalement les préoccupations du peuple et ne risquent pas de remettre en cause le pouvoir. La manière dont sont désignés les candidats à la députation, prédit cet avilissement et l’APN (Assemblée Populaire Nationale) ne sera de ce fait qu’une chambre d’enregistrement comme son prédécesseur.

Que va apporter à la nation et au peuple un député qui a monnayé sa position sur les listes des candidatures? Le prix varie entre 1.000.000 et 5.000.000 DA (9.500 et 45.000 Euros), selon la disposition du parti sur l’échiquier politique, et la région à représenter (les marchés et les opportunités d’affaires qu’elle offre). En effet, la course vers la députation a été entachée d’irrégularités. Les électeurs ont assisté impuissamment à des pratiques malsaines dans le choix des candidatures. La fraude existe de par le monde mais dès qu’elle est généralisée, elle devient inquiétante, voire un danger éminent pour la nation. Les politiques intègres et les compétences sont de facto éliminés. Une fois l’immunité parlementaire acquise, ces représentants du peuple mués en hommes d’affaires, s’activeront à rentabiliser leur investissement au détriment de la liberté économique tant réclamée par des authentiques entrepreneurs et industriels, ceux que le pouvoir a étouffé par des manœuvres sournoises - une répression économique qui ne dit pas son nom.

Et pour sa campagne appelant à une participation massive, l’Etat ne lésine pas sur les moyens, bien sûr, qui ne sont pas conformes (les prêches dans les mosquées, les envoies des texto par le ministère des l’Intérieur, appelant à voter massivement…). Même l’administration et les fonctionnaires sont mis à contribution. Toute honte bue, au diable la neutralité. La crainte du boycott est justifiée car le taux de participation sera l’indicateur confirmant la crédibilité ou non du pouvoir vis-à-vis de l’opinion publique, internationale particulièrement. La valeur du taux de participation va constituer une denrée destinée à la consommation. La campagne de sensibilisation initiée par l’Etat, et donc par le pouvoir, pour un vote massif n’est pas innocente pour peu que ce pouvoir autorise une contre campagne comme cela se fait dans les sociétés démocratiques. La révolution citoyenne ce n’est pas appeler à voter en masse, c’est plutôt aider à trouver le meilleur programme qui sera adopté par les électeurs. La clé du changement auquel appelle le peuple est entre les mains des politiques intègres - encore faudrait-il que ces deniers puissent s’exprimer et il le faut bien. Car la déconfiture guette cet évènement électoral, ce rendez-vous avec l’histoire.

Toutefois, la nomenklatura doit user de tous les subterfuges pour se pérenniser, non seulement pour préserver ses intérêts et les biens mal-acquis, mais plus encore. Elle doit se prémunir contre le jugement de la société qui lui demanderait des comptes quant à l’origine de sa fortune. Le régime tergiverse mais jusqu’à quand ? Depuis l’indépendance en juillet 1962 à ce jour, le régime algérien s’appuyant sur sa sacro sainte appartenance à « la famille révolutionnaire » pour se perpétuer, a édifié tout au long de son histoire une démocratie de façade. En fait, il use constamment d’une stratégie, celle de donner d’une main pour mieux reprendre de l’autre. En cet avènement du printemps arabe, le pouvoir a offert un rafistolage au lieu d’un changement radical.

Il est légitime de méditer au bout du compte sur le changement apporté par le printemps arabe aux sociétés tunisienne et égyptienne, qui ont vu déferler la mouvance islamique. L’Algérie qui a déjà vécu cette expérience de la victoire écrasante des islamistes aux législatives et l’annulation du processus électoral, ne risque peut-être pas la réédition du scénario de 1991.  Oui, peut être pas car ce n’est pas certain. Le scrutin du 10 mai 2012 en Algérie sera comme un grand saut dans le vide…

Par : Lahouari Bouhassoune 


 

Lahouari Bouhassoune, est journaliste au Quotidien d’Oran en Algérie.

Publié en collaboration avec UnMondeLibre.org

-------------

Photo : lesoir-echos.com

Par Ndouné - Publié dans : Afrique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

English - العربية

Suivre @Ndoune sur Twitter

 

Articles récents

  • La critique du pouvoir est-elle possible en Afrique?
    En Afrique, c’est bien connu, les hommes politiques ne supportent pas la critique. Mais ne sont-ils pas à l’image des sociétés africaines elles-mêmes dans lesquelles les us et coutumes, les croyances, les traditions, le système social, etc. font l’objet de la part du corps social d’un respect absolu et d’une obéissance...
  • Le silence de l'Afrique face aux enjeux internationaux
     L'Afrique au silence Pourquoi l'Afrique est silencieuse face aux enjeux considérables dont elle est l'objet ? Il est évident que l'Unité Africaine, OUA, instituée par les pères de l'indépendance Africaine en 1963, s'est retrouvée en  « 50 Afriques »  comme disait un...
  • Vidéo - Sommet UE-Afrique 2014 : manifestation de la diaspora tchadienne de France et de Belgique
      Vidéo de la manifestation des patriotes de la diaspora tchadienne de France et de Belgique contre la présence du dictateur tchadien au sommet Europe-Afrique du 02 avril 2014. Le 2 avril 2014, au sommet Europe-Afrique les patriotes de la Diaspora Tchadienne de France et ceux de la Belgique ont...
  • Pourquoi ne pas aider la liberté plutôt que des autocrates ?
    Les occidentaux qui compatissent avec les ukrainiens pourraient être surpris d'apprendre que le gouvernement américain soutient des autocrates soutenus par la Russie, contre l'opposition, dans d'autres pays qui faisaient autrefois partie de l'Union soviétique. Un bon exemple est le Tadjikistan, fief du...
  • Tchad - Appel de la Jeunesse Ardachi pour le changement
    L’APPEL DE LA JEUNESSE ARDACHI    La situation que connait le Tchad, après plus deux décennies de gestion catastrophique du pouvoir MPS, interpelle tous les Tchadiens. La pire de chose est de rester indifférent au délitement de la société Tchadienne par des gens qui, au vu de leurs actions quotidiennes,...
  • Manifestation de la diaspora tchadienne d’Europe devant le parlement européen
    Message du comité d'organisation   Comme annoncé dans les précédents communiqués, pour l’appel à manifester à Bruxelles, le jour 2 avril 2014, au sommet Europe-Afrique les patriotes de la Diaspora Tchadienne de France et ceux de la Belgique, ont manifesté activement devant le parlement européen, pour montrer...
  • Comment l'économie de développement a laissé tomber les pauvres
    Il y a plus d'une décennie, le livre de William Easterly, « la recherche insaisissable de la croissance » (The Elusive Quest for Growth), créait un certain émoi au sein des économistes. Ancien économiste à la Banque mondiale, Easterly a soutenu que pratiquement aucune des solutions à la mode au problème de...
  • Pauvre France, pour une Afrique riche dirigée par des dictateurs
    Les dirigeants des grandes puissances de ce monde moderne, qu’ils soient de gauche ou de droite, des démocrates ou républicains, ils ont tous un dénominateur commun celui du soutien aux dictateurs sanguinaires africains. Après 50 ans d’indépendance, l’Afrique francophone sous perfusion occidentale (France) n’est jamais indépendante....
  • Tchad - N’Djamena : « vitrine africaine »…de l’insécurité !
    Notre pays le Tchad, et plus particulièrement la capitale N’Djamena, est devenu le terrain de brigands de tous genres. Agressions corporelles, vols de voitures et de motos, cambriolages, braquages divers avec parfois mort d’homme : un bilan bien sombre ! Les habitants de la capitale vivent avec la peur dans le...
  • Quand l'aide est contestée même dans les situations d'urgence
    L'aide fonctionne-t-elle dans les situations d'urgence ? La réponse à cette question, semble-t-il, ne dépend plus de la compassion, mais plutôt du débat en cours sur l'efficacité - ou son manque - de l'aide étrangère. Il y a deux camps puristes. D'une part, il y a ceux qui croient fermement que cela...
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés