Présentation

Profil

Dimanche 27 novembre 2011 7 27 /11 /Nov /2011 17:04

Palais_Rose.jpg Une chose est perceptible comme le nez au milieu de la figure : moins d’un mois seulement après l’effacement tragique de son mentor Mouammar Kadhafi, Idriss DEBY ITNO a peur, terriblement peur. Il sue même à grosses gouttes. Il a peur d’une révolution de palais. Peur d’être brutalement culbuté du pouvoir par une coalition de forces centrifuges. Et bien sûre peur des froncements de sourcils de Nicolas Sarkozy. Et pour conjurer toutes ces peurs, il n’a trouvé qu’une seule solution, celle du pire : le repli  identitaire et la protection derrière le bouclier tribal. Il ne veut plus désormais compter que sur les Béris. Ceux du Tchad et surtout ceux du Soudan. Vous avez dit Soudan ?

 

A la suite de la fameuse réunion de Berdoba du 30 Octobre dernier au cours de laquelle Idriss DEBY ITNO avait appelé tous les Béris du Tchad à l’union sacrée et au soutien pur et dur de son régime, le Sultan Président organise réunion sur réunion, sans désemparer. Cette fébrilité cache mal le désarroi dans lequel est plongé le dictateur qui, tout autour de lui, ne voit plus que des ombres menaçantes.

En tout cas, l’une des plus impressionnantes réunions que le potentat a tenues ces derniers temps est bien celle du début de la troisième semaine du mois de Novembre dernier – précisément dans la nuit du 15 au 16 Novembre au domicile même de son frère DAOUSSA à N’Djamena. Ce fut une assemblée exclusivement familiale à laquelle avaient pris part les membres les plus irréductibles de la nomenklatura zaghawa et de la famille nucléaire du despote. Au cours de cette plate forme carrément fermée, les participants purent constater que l’actuel occupant du palais rose était loin d’être serein, son discours ne reflétant que la peur panique. Ainsi, de la bouche même de quelques participants de cette réunion, d’entrée de jeu DEBY a comparé son régime à un oiseau,  depuis la mort brutale de Mouammar Kadhafi.

En effet, à en croire les propos durement exprimés  par le tyran ce jour là,  avec la disparition du « guide » Libyen, ce sont les ailes de cet oiseau qui auraient été amputées. Mais après les ailes, a continué  le général Sultan, les pattes de l’oiseau courent le risque d’être coupées à leur tour à brève échéance par toute une foule de menaces plus ou moins distinctes ; et parmi celles-ci un éventuel retournement d’humeur de Nicolas Sarkozy qui – DEBY ne le sait que trop bien – n’a jamais réellement porté dans son cœur depuis que ce dernier ait soutenu militairement le régime de Kadhafi - le régime barbare en place au Tchad, et  serait bien capable de lui balancer une ruade de derrière les fagots à tout moment avant la présidentielle française.

Ainsi, pour prévenir ou faire face à ces dangers que le despote estime réels et imminents, il a recommandé aux Béris d’être extrêmement vigilants et de se serrer fortement les coudes. Mais toutefois, a précisé le maître du Tchad, il importera – dans cette logique -  de se méfier des Borogate qui, bien que de la famille des Béris, selon lui -  et malgré le  fait d’avoir été  invités dans l’union sacrée – ne mériteraient pas  qu’on leur accorde une confiance aveugle. Certainement à cause, selon DEBY,  de leur trop grande proximité avec les Goranes.

A cet effet, le Sultan-Président a prescrit à ses affidés d’avoir une attitude mi figue mi raisin vis-à-vis des Borogate : leur manifester en public des marques d’affection chaleureuse, mais quand il sera question  de prises de décisions ou de mesures importantes, les en écarter sans aucune hésitation. On voit que la confiance règne dans l’union sacrée …

En clair : faire semblant d’être avec les Borogate, leur faire croire qu’ils sont un rouage important dans la stratégie de protection du régime, mais s’en méfier comme de la peste.

Mje_elements_dans_Kurdufan_Sudan.jpgIl faut en tout cas constater que la logique forcenée  du verrouillage du pouvoir par le bouclier tribal au Tchad ne date non seulement pas d’aujourd’hui, mais encore plus ne se limite pas seulement aux limites territoriales de ce pays. En effet, une semaine avant la réunion tenue au domicile de DAOUSSA à N’Djamena, le général Sultan avait expédie une trentaine d’émissaires au Soudan pour réchauffer les contacts et signer de véritables pactes avec les Béris  de l’Est – les frères de sang de l’autre côté de la frontière – qui, personne ne l’ignore, sont tous des combattants ou des fidèles du MJE.

Il est vrai que les liens de sang avec le leader du MJE – zaghawa du Soudan - ont longtemps permis au général Président de soutenir ouvertement cette faction extrémiste de la  rébellion soudanaise en lutte contre Omar el Béchir. Et aujourd’hui que Khalil IBRAHIM,  contraint de fuir précipitamment la Libye pour retourner se réinstaller au sud du Soudan,  à la suite de l’élimination de Kadhafi – qui l’y entretenait, – cet appel à la rescousse de DEBY tombe comme du pain béni pour les rebelles soudanais qui ne demandent que ça.

Personne, en tout cas, n’a oublié que l’appel au secours de DEBY d’aujourd’hui en direction des « cousins » du soudan n’est rien d’autre qu’un bégaiement de l’Histoire. En 1990, au moment où il n’était encore que le « Lieutenant-colonel Idriss DEBY », et  qu’il était entretenu par Omar el Béchir à Khartoum, le tyran d’aujourd’hui ne s’était lancé à l’assaut de N’Djamena que grâce à l’engagement total et inconditionnel de ces Béris du soudan qui avaient  en réalité constitué l’essentiel de sa force de frappe militaire. Ce n’est que grâce à eux qu’il avait décroché la timbale – bien entendu avec le soutien de la France, de la Libye et du Soudan.

21  ans après, il revient de nouveau vers ses « frères » de l’Est,  cette fois pour préserver un pouvoir qu’il n’a acquis que grâce à leur fidélité au lien de sang.

Autre signe symptomatique du déplorable état d’esprit du despote tchadien en ce moment, lors de la réunion tenue chez DAOUSSA à N’Djamena, Idriss DEBY – obsédé par une sorte de complotite maladive – n’en finissait pas de hurler à la nécessaire union de tous les Béris du Tchad et des pays environnants.

Mais ce qui a jeté un véritable coup de froid sur cette rencontre, c’est que DEBY – sans mâcher ses mots – a demandé à tous ces proches de mettre leurs familles et leurs avoirs à l’abri, et même de garder très peu d’argent dans les banques du pays.

C’est au moment de clôturer cette réunion qui a vraiment été orageuse, DEBY avait constitué deux délégations auxquelles il a donné des missions bien précises : La première, conduite par Issaka Diar, accompagné de Mahamat Saleh Adoum Djero, a été envoyée à Am-Djarass négocier et renforcer l’union sacrée et les Béris du Soudan et  le MJE. La rencontre a eu le lieu le 20 novembre où la présence d’une forte délégation, d’environ une dizaine de véhicules venue de l’autre côté de la frontière soudanaise, a été constatée par notre correspondant. Un pacte d’alliance serait signé et l’assemblé aurait prévu courant ce mois une réunion de haut niveau à N’Djamena.

La deuxième, conduite par le général Kallimy Koudimi, conseiller spécial de DEBY, avait pour prescription de se rendre au BET et les régions environnantes pour rallier les ex combattants de la rébellion à la protection de son régime.

Apparemment, le pauvre Kallimy Koudimi n’aurait ramené aucun résultat probant. Résultat : au cours d’une réunion d’évaluation  tenue au palais rose le 21 Novembre – et au cours de laquelle tous les notables, autorités militaires, et dignitaires des régions du Kanem et BET – avaient été invités, le président Sultan était carrément sorti de ses gonds. Pendant toute cette réunion, le dictateur n’a pas décoléré. Et au constat de l’échec du général Kallimy Koudimi dans sa mission de rallier les anciens rebelles, DEBY lui a violemment lancé un cendrier à la tête !

Plus grave, le dictateur n’a pas arrêté de vitupérer, fulminant et hurlant des menaces  et des injures à l’adresse de ses invités, leur répétant qu’il peut se sortir tout seul de toutes les menaces qui planent au dessus de sa tête. Prenant son courage devant une telle rage incompréhensible, l’un des invités a demandé à DEBY d’aller se « rapprocher » de Sarkozy. Ce qu’il faut traduire par aller s’agenouiller devant le président français.

Cette dernière réunion au palais présidentiel s’est terminée en eau de boudin. Tous les invités en sont sortis mécontents, dégoûtés et outrés par la rage d’un Idriss DEBY qui, de façon désormais palpable, ne cesse d’exposer aux yeux de tous ses proches un désarroi qui traduit indubitablement une angoisse exhalant des odeurs d’une fin de règne.

 

Par D.D | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

English - العربية

Suivre @Ndoune sur Twitter

 

Articles récents

  • La critique du pouvoir est-elle possible en Afrique?
    En Afrique, c’est bien connu, les hommes politiques ne supportent pas la critique. Mais ne sont-ils pas à l’image des sociétés africaines elles-mêmes dans lesquelles les us et coutumes, les croyances, les traditions, le système social, etc. font l’objet de la part du corps social d’un respect absolu et d’une obéissance...
  • Le silence de l'Afrique face aux enjeux internationaux
     L'Afrique au silence Pourquoi l'Afrique est silencieuse face aux enjeux considérables dont elle est l'objet ? Il est évident que l'Unité Africaine, OUA, instituée par les pères de l'indépendance Africaine en 1963, s'est retrouvée en  « 50 Afriques »  comme disait un...
  • Vidéo - Sommet UE-Afrique 2014 : manifestation de la diaspora tchadienne de France et de Belgique
      Vidéo de la manifestation des patriotes de la diaspora tchadienne de France et de Belgique contre la présence du dictateur tchadien au sommet Europe-Afrique du 02 avril 2014. Le 2 avril 2014, au sommet Europe-Afrique les patriotes de la Diaspora Tchadienne de France et ceux de la Belgique ont...
  • Pourquoi ne pas aider la liberté plutôt que des autocrates ?
    Les occidentaux qui compatissent avec les ukrainiens pourraient être surpris d'apprendre que le gouvernement américain soutient des autocrates soutenus par la Russie, contre l'opposition, dans d'autres pays qui faisaient autrefois partie de l'Union soviétique. Un bon exemple est le Tadjikistan, fief du...
  • Tchad - Appel de la Jeunesse Ardachi pour le changement
    L’APPEL DE LA JEUNESSE ARDACHI    La situation que connait le Tchad, après plus deux décennies de gestion catastrophique du pouvoir MPS, interpelle tous les Tchadiens. La pire de chose est de rester indifférent au délitement de la société Tchadienne par des gens qui, au vu de leurs actions quotidiennes,...
  • Manifestation de la diaspora tchadienne d’Europe devant le parlement européen
    Message du comité d'organisation   Comme annoncé dans les précédents communiqués, pour l’appel à manifester à Bruxelles, le jour 2 avril 2014, au sommet Europe-Afrique les patriotes de la Diaspora Tchadienne de France et ceux de la Belgique, ont manifesté activement devant le parlement européen, pour montrer...
  • Comment l'économie de développement a laissé tomber les pauvres
    Il y a plus d'une décennie, le livre de William Easterly, « la recherche insaisissable de la croissance » (The Elusive Quest for Growth), créait un certain émoi au sein des économistes. Ancien économiste à la Banque mondiale, Easterly a soutenu que pratiquement aucune des solutions à la mode au problème de...
  • Pauvre France, pour une Afrique riche dirigée par des dictateurs
    Les dirigeants des grandes puissances de ce monde moderne, qu’ils soient de gauche ou de droite, des démocrates ou républicains, ils ont tous un dénominateur commun celui du soutien aux dictateurs sanguinaires africains. Après 50 ans d’indépendance, l’Afrique francophone sous perfusion occidentale (France) n’est jamais indépendante....
  • Tchad - N’Djamena : « vitrine africaine »…de l’insécurité !
    Notre pays le Tchad, et plus particulièrement la capitale N’Djamena, est devenu le terrain de brigands de tous genres. Agressions corporelles, vols de voitures et de motos, cambriolages, braquages divers avec parfois mort d’homme : un bilan bien sombre ! Les habitants de la capitale vivent avec la peur dans le...
  • Quand l'aide est contestée même dans les situations d'urgence
    L'aide fonctionne-t-elle dans les situations d'urgence ? La réponse à cette question, semble-t-il, ne dépend plus de la compassion, mais plutôt du débat en cours sur l'efficacité - ou son manque - de l'aide étrangère. Il y a deux camps puristes. D'une part, il y a ceux qui croient fermement que cela...
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés