Présentation

Profil

Jeudi 10 novembre 2011 4 10 /11 /Nov /2011 17:26

S’il n’est pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, l’autre évidence est qu’il n’y a pas de pire chef d’Etat que celui qui ne veut ni entendre, ni tenir compte de  la colère de son peuple. Les Ben Ali, Moubarak, et autres Kadhafi ont joué obstinément les sourds et les autistes à l’épreuve de la colère de leurs peuples respectifs. Ils ont fini par réaliser – mais bien tard -  que la voix du peuple, c’est la voix de Dieu. Au Tchad, depuis plusieurs semaines, le peuple bat le pavé, manifeste avec obstination, et réclame avec détermination ce qui lui est dû, mais Idriss Deby Itno s’obstine à  se boucher les oreilles,  s’entête à garder  ses yeux fermés  et pense, bien à tort,  que c’est par les bombes lacrymogènes, les coups de fusils à balles réelles,  les arrestations en masse, et l’irréductibilité   que les multiples récriminations du peuple Tchadien seront résolues.  Ce sont là  de mauvaises réponses.

Manifestation-des-etudiants-et-eleves-a-N-djamena-le-mer.jpgMercredi,  09 Novembre 2011 -  une incandescente  manifestation animée par les étudiants Tchadiens  - désormais soutenus par une marée des élèves du secondaire -  a  instauré un climat d’apocalypse sur une grande partie de la capitale Tchadienne, notamment sur l’axe reliant le lycée Félix Eboué  et le building de Moursal.

 Les policiers et gendarmes  dépassés par la furia des enfants ont largué un nombre incalculable de bombes lacrymogènes, avant d’ouvrir carrément le feu sur les pauvres enfants.

Jeudi 10 Novembre  2011 : Même scénario à N’djamena,  la manifestation a commencé très tôt le matin avec des élèves et étudiants qui, de plus en lus déterminés  ont  amené  toutes les écoles privées de N’Djamena à fermer. Ces manifestations, entreprises et courageusement animées par les étudiants depuis plusieurs semaines maintenant ont indubitablement pris une forme et un format désormais difficiles à contenir. Pire, le pays tout entier s’embrase :

Les étudiants de Moundou, Sarh et Abéché – une grande manifestation est prévue demain à la gare routière d’Abéché - sont pour leur part aussi déjà entrés dans le feu de la révolte. Ça chauffe aussi déjà très fort de ce côté et les forces de l’ordre, hésitantes au début, utilisent maintenant les bombes lacrymogènes à tout va, et procèdent à des arrestations en masse.

Mais le plus inquiétant est que les balles tirées par les forces de répression ont fait près d’une centaine d’étudiants gravement blessés le jeudi 10 Novembre à N’djamena. Des blessés qui ont été conduits dans différentes structures hospitalières de la ville, avec dans le lot  plusieurs dizaines de femmes enceintes victimes des émanations des gaz.

Encore plus inquiétant, on parle déjà de plusieurs dizaines d’étudiants kidnappés et conduit vers des destinations inconnues.

Anecdote.  Le mercredi matin, le nouveau ministre du  plan qui passait non loin d’un foyer de manifestation a essuyé l’ire des manifestants, et c’est de  justesse  qu’il a pu éviter que son véhicule ne soit brûlé, ayant réussi à prendre la poudre d’escampette.

 

Mais que réclame au juste la jeunesse Tchadienne si furieuse aujourd’hui ?

 

Les étudiants réclament, ni plus ni moins  le versement intégral,  et dans un bref délai,  de six mois d’arriérés de bourses, la revalorisation des bourses à 60 000 FCFA à compter du mois d’octobre dernier 2011, la création du cycle complet du système Licence Master Doctorat (LMD) ainsi que  son application dans tous les départements et à tous les niveaux de l’université de N’Ndjamena, l’organisation des corrections des examens en commission pour permettre la proclamation des résultats dans un délai raisonnable conformément aux textes, la suppression des frais d’impression des cartes biométriques, la réhabilitation des bourses de recherche au niveau du Master I, l’octroi des bourses d’excellence et le recrutement des enseignants qualifiés. 

« C’est seulement quand tous les acquis de l’année 2010 – 2011 et que toutes ces conditions seront remplies que l’année 2010 – 2011 ne sera pas déclarée blanche, » a confié un des responsables de l’Union nationale des étudiants du Tchad (Unet), il y a quelques jours.

Mais apparemment, Idriss Deby continue de s’emmurer dans l’indifférence. La preuve, Le ministre de l'enseignement supérieur, M.Djidda, a déclaré sur les ondes de la RNT que "l’État ne doit rien aux étudiants".

Une mauvaise réponse qui vient rejoindre celle que le Président Sultan a  donnée aux travailleurs de la fonction publique en grève auxquels il n’a consenti à proposer qu’une revalorisation de leur grille salariale de 60 points sous le faux prétexte que les possibilités financières de l’Etat ne pourraient accorde davantage.

Mais, 60 points ne représentent en tout et pour tout que 20% des 300 points que les travailleurs revendiquent. Au final, Idriss Deby ne veut concéder que des broutilles, estiment les grévistes au regard de la vie rendue chère par la flambée des prix des denrées de première nécessité et du carburant fourni par la raffinerie locale.

Tentant de faire passer la pilule amère,  le chef du gouvernement tchadien, s’est escrimé à  tenter de faire croire aux grévistes que relever les salaires de la Fonction publique à hauteur de 20% aura une incidence de 2,5 milliards par mois sur la masse salariale de l’Etat estimée mensuellement à 33 milliards.

"Si nous satisfaisons entièrement aux revendications des fonctionnaires, prétend Emmanuel Nadingar,  la masse salariale de l’Etat passera à 49 milliards de francs CFA par mois, soit 588 milliards par an. Or l’actuelle masse salariale engloutit déjà les recettes non pétrolières de l’Etat estimées à 390 milliards de francs CFA".

Voilà donc le peuple Tchadien qui a décidé de prendre son courage à deux mains pour exprimer son désarroi. En 21 ans de règne despotique, le Général Président n’avait pas encore essuyé une telle détermination de la part des travailleurs et des étudiants et élèves. Face à la résistance Armée, il n’a usé que du langage des armes à feu. Aujourd’hui que le peuple désarmé exige de meilleures conditions de vie, et surtout son dû, il continue sur la même logique. Au secours.

 

L’ONU et la communauté internationale sont-ils devenus aveugles ? Ne voit-on pas que le peupleTchadien n’en peut plus ?

Faudra-t-il attendre qu’il y ait encore plus de blessés, plus de morts et plus de manifestants enlevés et sommairement abattus pour décider d’une … zone d’exclusion aérienne au Tchad? La balle est dans le camp de la communauté internationale. Le peuple Tchadien, lui, ira jusqu’au bout. Il n’a plus rien à perdre.

 

Par D.D | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Société
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • Idriss Deby engage la guerre contre le nord du Tchad !
    On le sait : Idriss Deby a fait un passage-éclair au nord du Tchad, mercredi dernier 13 août. En marge des criminelles instructions qu’il y avait données à sa soldatesque consistant à arrêter et tuer tout orpailleur vu à bord d’un véhicule 4x4, Il avait, par ailleurs, au cours de la soirée de cette journée, rencontré et discuté...
  • Tchad | Passage de Deby à Faya • La situation s’envenime : des morts et de nouvelles désertions !
    Quand la nouvelle a fusé que le Sultan Président était en train de se rendre à Faya pour,  pense-t-on, apaiser les tensions, beaucoup avaient pensé que c’est le dialogue et l’apaisement des passions qui allaient être au menu de la descente présidentielle. Que non ! Dès que le dictateur est descendu de son avion,...
  • Conséquence des affrontements dans le Tibesti : Brouille dans la famille présidentielle et désertion en masse dans la Garde Présidentielle !
    Décidément, les durs affrontements dans le Tibesti sont en train de produire de dramatiques effets induits : Avant-hier, mardi 12 août,  sept véhicules armés 4x4 bondés d’éléments de la Garde Présidentielle ont traversé la frontière soudanaise en passant par Moito – à mi-chemin entre N’Djamena et Ati -  aux alentours...
  • Tchad • Meurtres en masse, rapines, villages brulés, climat de terreur : L’Armée de Deby massacre des orpailleurs tchadiens dans le Tibesti
    Depuis plus d’une semaine, de violents affrontements armés enflamment la région du Tibesti et installent une indicible inquiétude calcinant une zone allant de la lisière de la frontière Tchado-Nigérienne à la quasi-totalité de la région du Tibesti. On y voit des militaires de l’armée tchadienne traquer et tuer sans vergogne des...
  • Décryptage • La visite de Hollande au Tchad : les enjeux
    François Hollande a débarqué  le 18 juillet 2014 au Tchad en pleine nuit – pour repartir le lendemain matin – sans même avoir visité N’Djamena. Il était venu avant tout, on l’a vu, pour installer Idriss Deby Itno dans sa fonction de « shérif »  contre le terrorisme en Afrique, mais après son départ, on réalise...
  • Baccalauréat au Tchad : la médiocrité perdure
    Au-delà des tonotruants travaux pharaoniques face auxquels l’homme de passage au Tchad – et particulièrement à N’Djamena pourait s’extasier – et qui donnent la fausse impression que le Tchad avance, il est un secteur qui maintient ce pays au bas du tableau des états les moins alphabétisés du continent, sinon du monde :...
  • Arrêt sur images • Tchad : La canne-fétiche de Deby pour la survie du fauteuil présidentiel !
    Depuis l’assaut raté des rebelles tchadiens en février 2008 qui les avait mené jusque devant le portail du palais présidentiel,– et qui avait failli culbuter le régime MPS en quelques heures – Idriss Deby avait compris qu’il était vulnérable et qu’il lui fallait absolument se protéger à tout prix. Il n’a pas fait moins que de se...
  • Sommet États-Unis/Afrique : la diaspora tchadienne organise un sit-in devant la Maison Blanche
    Protestation des Tchadiens devant la Maison Blanche - Le 05 Août 2014 de 09h à 17h. Barack Obama, le président des États-Unis d’Amérique a invité les chefs d'État et de gouvernement du continent à prendre part à un sommet États-Unis-Afrique les 5 et 6 Août prochains à Washington. Le dictateur...
  • Tchad : A quoi sert le pétrole ?
    Comme la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne producteurs de pétrole, le Tchad est à son tour frappé par la malédiction du pétrole. Devenu l’objet de convoitise des colosses exportateurs pétroliers, le pétrole du Tchad a été pendant longtemps jalousement gardé par les dirigeants politiques du pays depuis l’indépendance. Le...
  • Hollande à Ndjamena : Cynisme impérial
    Le cynisme affiché pendant la récente visite du président français à son homologue  tchadien assoit et justifie l'iniquité et la tyrannie que ce dernier exerce sur son peuple. Des impératifs de sécurité justifient parait-il la démarche de la diplomatie française, d’inspiration socialiste qui hier jurait avant de prendre le...
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés