Présentation

Profil

Jeudi 10 novembre 2011 4 10 /11 /Nov /2011 17:26

S’il n’est pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, l’autre évidence est qu’il n’y a pas de pire chef d’Etat que celui qui ne veut ni entendre, ni tenir compte de  la colère de son peuple. Les Ben Ali, Moubarak, et autres Kadhafi ont joué obstinément les sourds et les autistes à l’épreuve de la colère de leurs peuples respectifs. Ils ont fini par réaliser – mais bien tard -  que la voix du peuple, c’est la voix de Dieu. Au Tchad, depuis plusieurs semaines, le peuple bat le pavé, manifeste avec obstination, et réclame avec détermination ce qui lui est dû, mais Idriss Deby Itno s’obstine à  se boucher les oreilles,  s’entête à garder  ses yeux fermés  et pense, bien à tort,  que c’est par les bombes lacrymogènes, les coups de fusils à balles réelles,  les arrestations en masse, et l’irréductibilité   que les multiples récriminations du peuple Tchadien seront résolues.  Ce sont là  de mauvaises réponses.

Manifestation-des-etudiants-et-eleves-a-N-djamena-le-mer.jpgMercredi,  09 Novembre 2011 -  une incandescente  manifestation animée par les étudiants Tchadiens  - désormais soutenus par une marée des élèves du secondaire -  a  instauré un climat d’apocalypse sur une grande partie de la capitale Tchadienne, notamment sur l’axe reliant le lycée Félix Eboué  et le building de Moursal.

 Les policiers et gendarmes  dépassés par la furia des enfants ont largué un nombre incalculable de bombes lacrymogènes, avant d’ouvrir carrément le feu sur les pauvres enfants.

Jeudi 10 Novembre  2011 : Même scénario à N’djamena,  la manifestation a commencé très tôt le matin avec des élèves et étudiants qui, de plus en lus déterminés  ont  amené  toutes les écoles privées de N’Djamena à fermer. Ces manifestations, entreprises et courageusement animées par les étudiants depuis plusieurs semaines maintenant ont indubitablement pris une forme et un format désormais difficiles à contenir. Pire, le pays tout entier s’embrase :

Les étudiants de Moundou, Sarh et Abéché – une grande manifestation est prévue demain à la gare routière d’Abéché - sont pour leur part aussi déjà entrés dans le feu de la révolte. Ça chauffe aussi déjà très fort de ce côté et les forces de l’ordre, hésitantes au début, utilisent maintenant les bombes lacrymogènes à tout va, et procèdent à des arrestations en masse.

Mais le plus inquiétant est que les balles tirées par les forces de répression ont fait près d’une centaine d’étudiants gravement blessés le jeudi 10 Novembre à N’djamena. Des blessés qui ont été conduits dans différentes structures hospitalières de la ville, avec dans le lot  plusieurs dizaines de femmes enceintes victimes des émanations des gaz.

Encore plus inquiétant, on parle déjà de plusieurs dizaines d’étudiants kidnappés et conduit vers des destinations inconnues.

Anecdote.  Le mercredi matin, le nouveau ministre du  plan qui passait non loin d’un foyer de manifestation a essuyé l’ire des manifestants, et c’est de  justesse  qu’il a pu éviter que son véhicule ne soit brûlé, ayant réussi à prendre la poudre d’escampette.

 

Mais que réclame au juste la jeunesse Tchadienne si furieuse aujourd’hui ?

 

Les étudiants réclament, ni plus ni moins  le versement intégral,  et dans un bref délai,  de six mois d’arriérés de bourses, la revalorisation des bourses à 60 000 FCFA à compter du mois d’octobre dernier 2011, la création du cycle complet du système Licence Master Doctorat (LMD) ainsi que  son application dans tous les départements et à tous les niveaux de l’université de N’Ndjamena, l’organisation des corrections des examens en commission pour permettre la proclamation des résultats dans un délai raisonnable conformément aux textes, la suppression des frais d’impression des cartes biométriques, la réhabilitation des bourses de recherche au niveau du Master I, l’octroi des bourses d’excellence et le recrutement des enseignants qualifiés. 

« C’est seulement quand tous les acquis de l’année 2010 – 2011 et que toutes ces conditions seront remplies que l’année 2010 – 2011 ne sera pas déclarée blanche, » a confié un des responsables de l’Union nationale des étudiants du Tchad (Unet), il y a quelques jours.

Mais apparemment, Idriss Deby continue de s’emmurer dans l’indifférence. La preuve, Le ministre de l'enseignement supérieur, M.Djidda, a déclaré sur les ondes de la RNT que "l’État ne doit rien aux étudiants".

Une mauvaise réponse qui vient rejoindre celle que le Président Sultan a  donnée aux travailleurs de la fonction publique en grève auxquels il n’a consenti à proposer qu’une revalorisation de leur grille salariale de 60 points sous le faux prétexte que les possibilités financières de l’Etat ne pourraient accorde davantage.

Mais, 60 points ne représentent en tout et pour tout que 20% des 300 points que les travailleurs revendiquent. Au final, Idriss Deby ne veut concéder que des broutilles, estiment les grévistes au regard de la vie rendue chère par la flambée des prix des denrées de première nécessité et du carburant fourni par la raffinerie locale.

Tentant de faire passer la pilule amère,  le chef du gouvernement tchadien, s’est escrimé à  tenter de faire croire aux grévistes que relever les salaires de la Fonction publique à hauteur de 20% aura une incidence de 2,5 milliards par mois sur la masse salariale de l’Etat estimée mensuellement à 33 milliards.

"Si nous satisfaisons entièrement aux revendications des fonctionnaires, prétend Emmanuel Nadingar,  la masse salariale de l’Etat passera à 49 milliards de francs CFA par mois, soit 588 milliards par an. Or l’actuelle masse salariale engloutit déjà les recettes non pétrolières de l’Etat estimées à 390 milliards de francs CFA".

Voilà donc le peuple Tchadien qui a décidé de prendre son courage à deux mains pour exprimer son désarroi. En 21 ans de règne despotique, le Général Président n’avait pas encore essuyé une telle détermination de la part des travailleurs et des étudiants et élèves. Face à la résistance Armée, il n’a usé que du langage des armes à feu. Aujourd’hui que le peuple désarmé exige de meilleures conditions de vie, et surtout son dû, il continue sur la même logique. Au secours.

 

L’ONU et la communauté internationale sont-ils devenus aveugles ? Ne voit-on pas que le peupleTchadien n’en peut plus ?

Faudra-t-il attendre qu’il y ait encore plus de blessés, plus de morts et plus de manifestants enlevés et sommairement abattus pour décider d’une … zone d’exclusion aérienne au Tchad? La balle est dans le camp de la communauté internationale. Le peuple Tchadien, lui, ira jusqu’au bout. Il n’a plus rien à perdre.

 

Par D.D | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Société
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • L’armée française est-elle un tigre en papier ?
    En France, tous les observateurs en sont babas à l’heure qu’il est : Rien ne va plus dans l’Armée française où tous les indicateurs sont au rouge vif depuis au moins deux ans. Ainsi, la Cour des Comptes, abasourdie et désorientée par les plus récentes données informatiques et budgétaires, n’a plus eu d’autre choix que de hurler...
  • Comment être dans la meilleure des postures pendant le mois béni de Ramadan?
     Par Talha Mahamat Allim Genève, Suisse. Le mois béni de Ramadan est non seulement l’une des meilleures et des plus belles écoles de la vie, mais véritablement un Trésor inestimable d’opportunités individuelles, familiales et communautaires, en se rapprochant davantage dans la recherche...
  • France • Sarkozy récolte ce qu’il avait laissé faire contre Chirac
    Pour la deuxième fois dans la Vè République, un ancien chef de l’Etat a maille à partir avec la justice française,  et la presse – surtout celle à scandale – s’en donne à cœur-joie. Il s’agit bien de Nicolas Sarkozy qui, pour l’heure crie à l’acharnement judiciaire, oubliant qu’il avait laissé faire la même chose contre son...
  • Sénégal : Le dossier Hissein Habré donne la poisse à Macky Sall
    La récente déculottée que vient d’essuyer Macky Sall et son parti dans le cadre des dernières élections municipales du 29 juin dernier n’a guère surpris les analystes froids qui savent bien que son succès à la présidentielle de 2012 n’avait en réalité été qu’une sanction contre Abdoulaye Wade qui n’avait pas eu le tact de quitter le...
  • Afrique : l’endettement est-il soutenable ?
    Si la perspective d’une croissance prometteuse incite les pays africains et avec eux les bailleurs de fonds à l’optimisme, le retour en force, depuis 2007, des pays africains sur les marchés financiers internationaux (émission d’emprunts obligataires libellés en dollars), soulève des inquiétudes au sujet de la soutenabilité de leur...
  • Le mois béni de Ramadan arrive ! Profitez de ce Trésor considérable.
    Assalamou Alaykoum chers frères et sœurs; Le Mois béni de Ramadan 1435 de l’hégire, correspondant à l’année 2014 s'approche à pas de géant. Bienvenue au plus prestigieux des hôtes sur terre. InchaAllah d'ici quelques heures, nous allons l’accueillir avec la plus grande joie et la plus grande ferveur...
  • Tchad : un pays sans armée
    Comme promis dans nos précédents écrits, nous essayerons de parler de l’armée Tchadienne, pardon de ce qui y tient lieu. Créée en 1961 soit une année après l’indépendance du Tchad, l’Armée Nationale Tchadienne, importante institution de l’Etat a vécu le temps d’un régime. Les généraux Doumro puis Félix Malloum qui l’avaient...
  • Liberté africaine : mythe ou réalité ?
    Le 15 avril 1958, à Accra, au Ghana, les dirigeants africains et des militants politiques se sont réunis à la première Conférence des États africains indépendants. La Conférence a appelé à la création de la journée africaine de la liberté, une journée pour « évaluer chaque année le progrès du mouvement de libération, et pour...
  • Afrique : présent versus futur
    La Banque africaine de développement (BAD) a organisé ses réunions annuelles à Kigali, au Rwanda, du 19 à 23 mai dernier. L'ambiance était optimiste et le pressentiment d'un essor économique imminent était palpable, du moins pour l'avenir. La banque a publié ses perspectives économiques pour l’Afrique avec des projections de...
  • Pour que la « renaissance de l’Afrique » devienne réalité
    Un bel avenir pour l'humanité dépend en grande partie de celui de l'Afrique, lequel dépend en grande partie de la capacité de ce continent à offrir des emplois et des perspectives à sa population de jeunes en pleine croissance. L'avenir des emplois dans cette région dépendra fortement d'un secteur privé sain, prospère et inclusif....
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés