Présentation

Profil

Lundi 17 janvier 2011 1 17 /01 /Jan /2011 06:50

Deby_Sarkozy_amis.jpgSa majesté le sultan président de la République  –  il faudra bien s’habituer à cette appellation – Idriss Deby Itno se rendra à la fin de ce mois en France pour effectuer une « visite de travail ».

Au centre de celle-ci, ce n’est un secret pour personne,  l’avenir immédiat du dispositif militaire Français (EPERVIER) au Tchad. Restera ? Ne restera pas ? La question brûle toutes les lèvres. Même celles des analystes les plus lucides de la politique Africaine qui se demandent dubitativement si le régime Deby a eu une bonne idée en appelant au dégagement des militaires Français du Tchad...

 

La France a –t- elle  réellement l’intention de lever totalité ou partie de ses troupes militaires stationnées au Tchad depuis 26 ans ? La question, il faut le dire n’en finit pas de susciter émoi et conjectures dans tous les cercles Africains et Européens, tant les uns et les autres savent à quel point la présence militaire au Tchad a concouru au maintien d’une certaine stabilité – en réalité, elle vise plutôt à exercer son influence politique dans la sous-région -  dans ce pays balloté depuis plus de quarante ans par toutes sortes de rébellions et de frémissements militaires.

Les experts des questions militaires savent, certes, que la France n’a pas fait mystère depuis près de dix mois de sa détermination quant à alléger son dispositif militaire déployé aux quatre coins de l’Afrique, pour ne conserver que les bases du Gabon et de Djibouti. Et ce, pour mieux  canaliser ses forces dans la lutte contre AQMI.

En tout cas, personne n’ignore que la présence statique des légionnaires français au Tchad depuis 25 ans a énormément servi le régime d’Idriss Deby Itno depuis 1990.

Une présence qui, entre 1995 et 2009 a systématiquement brisé les assauts de la Résistance armée du Tchad qui – surtout en 2006, 2007, et 2008 - avait été à un doigt de culbuter Idriss Deby du pouvoir.

Deby qui n’avait dû son salut qu’à la participation directe et éhontée des unités d’élite Françaises qui se sont toujours activées à repousser les rebelles. Au nom d’accords de  « coopération militaire » aux clauses non écrites suspectes  d’interventionnisme total.

Ces fières chandelles que Deby doit à la douce France n’auront, en tout cas pas empêché le potentat de N’djamena de se livrer,  dès le mois d’Août 2010 à ce que bon nombres de bonnes âmes ont assimilé – ni plus ni moins – à un chantage qui a bel et bien dit son nom : Exiger de la France de retirer ses troupes du Tchad sans délais. Ou de payer une sorte de loyer si elle voulait les maintenir !

Très froidement, la France a pris acte de la nouvelle tocade des autorités de N’Djamena qui semblent  subitement  faire preuve de pas mal d‘inconséquence en pensant qu’elles n’auront plus besoin des forces militaires françaises. C‘est ainsi que, sur un ton imperturbable, mais révélateur d’une intense gravité,  le ministre français de la Défense Alain Juppé a indiqué mardi 11 Janvier dernier lors des célébrations du cinquantenaire de l'indépendance du Tchad que « Paris est prêt à faire "évoluer" le dispositif militaire français Epervier au Tchad. »

"Nous ne souhaitons pas rester forcement dans le format actuel,  a précisé le patron de la Défense Française, nous sommes prêts à évoluer vers quelque chose qui évolue davantage vers la coopération entre le dispositif Epervier et l'armée tchadienne. ».

Mais pour faire bonne mesure, Alain Juppé a mis les points sur les i, histoire de prendre tous les sceptiques à témoin : "Le dispositif Epervier est au Tchad à la demande des autorités tchadiennes dans le cadre de l'accord qui lie les deux pays (...) nous ne nous imposons pas" (…)"Epervier a pour mission la coopération en matière de formation, le soutien actif et la participation à la sécurité générale de la région".

Traduction : «  Nous sommes au Tchad  depuis plusieurs décennies à la demande des autorités de ce pays, nous avons mille et une fois sauvé la mise à Deby. Mais s’il décide de ne plus nous voir sur son territoire, pas de problème, nous ne forcerons rien mais tant pis pour la suite. »

Litote ou froide mise au point, Alain Juppé sait très bien que celui qui a tout à perdre de la présence des militaires Français au Tchad, c’est bel et bien Idriss Deby qui, malgré la factice apparence de bonnes relations avec le Soudan, doublées de l’atomisation de la rébellion armée, ne réalise même pas que de gros nuages autrement plus menaçants s’amoncellent au dessus de son régime depuis quelques temps.

 En effet, personne – surtout au Tchad – n’ignore rien de l’incandescente tension qui chauffe à blanc la communauté Zaghawa depuis que le dictateur a eu l’idée saugrenue de destituer son propre demi-frère de sa fonction de « Sultan » de Dar-Bilia (chef traditionnel !) – A-t-on le droit moral de renier notre histoire ? Non ! Ce titre est d'ailleurs une création artificielle d’Idriss Deby pour assouvir sa mégalomanie galopante et son égocentricité surdimensionnée identique à l’image qu’offre son protégé, Kadhafi « le roi des rois » – … pour se l’octroyer lui-même. Et quand l’on sait que ce « Sultan » destitué est le cousin germain de Khalil Ibrahim, le chef des rebelles du MJE, rien n’empêche que d’ici quelques temps une nouvelle rébellion – mais celle ci encore plus féroce que les précédentes, puisque fratricide – ne fonde sur  le président Sultan.

Mais, il faut le craindre, les mascarades - très imminentes échéances - électorales tchadiennes pourraient être extrêmement perturbées par cette grave crise inter Zaghawa qui a même poussé Deby à virer tous les fils et neveux de son demi frère Sultan qui, jusque là occupaient de confortables postes dans l’Administration, l’Armée, ou les régies financières Tchadiennes.

Pire, et ce n’est pas le moindre danger, la spectaculaire chute du despote Tunisien semble n’avoir suscité aucune graine chez le potentat Tchadien, plus buté que jamais, qui se pense définitivement inexpugnable de ses différents trônes, et qui, comme tous les tenants du pouvoir absolu rendus absolument fous, ne réalise certainement pas que ce n’est pas une bonne idée que de monter la direction de la porte aux militaires français. Ce genre d’ingratitudes porte malheur. Surtout que, avec les fortes dissensions ballottant actuellement l’« Armée Tchadienne » – par ailleurs fortement tribalisée – une révolution de palais ne serait pas impossible. Les dernières nouvelles le disent ouvertement aujourd’hui : c’est plus une révolution de Palais qui a poussé le président Zine El  Abidine Ben Ali. Inéluctablement, l'effet domino ne tardera pas à se produire partout en Afrique – que d’aucun appelle « l’effet de contagion » - Si la France ne revoit pas très rapidement sa politique d'interventionnisme néocolonial  basée sur un système de relations occultes et incestueuses avec les Etats d'Afrique francophone.

En tout cas, il y en a beaucoup au Tchad qui se frottent déjà les mains et croisent les doigts. Ils n’attendent que le départ des Français pour s’affairer à tourner la page Deby.

 En l’absence des militaires Français, ce sera plus facile. Inch’ ALLAH !

Par D.D | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • Après Jean Bernard Padaré au Tchad, le dossier Hissein Habré donne la poisse à Aminata Touré au Sénégal !
    A la suite de sa retentissante déculottée aux toutes récentes élections municipales sénégalaises où, candidate à la mairie de Dakar,  elle avait  été battue à plate couture, Aminata Touré, ministre de la justice de 2012 à 2013, puis Premier Ministre chef du premier gouvernement de pendant dix mois, a aujourd’hui...
  • Me Jean Bernard Padaré ramené au Tchad de gré ou de force ?
    Après avoir précipitamment fui la ville de N’Djamena et le Tchad en traversant le fleuve Chari en pirogue en pleine nuit, il y a quelques mois, pour se retrouver, au terme d’une époustouflante cavalcade, en France en décollant du Cameroun, le ci-devant ministre de la Justice Jean Bernard Padaré est revenu tout à trac au Tchad jeudi...
  • Quelles leçons nous apprend le mois béni de Ramadan qui s’achève?
    Par Talha Mahamat Allim Genève, Suisse. Le mois béni de Ramadan de l’année 2014 s'achève. Ce mois demeure incontestablement un moment de vie spirituelle, sociale et humaine exceptionnelle avec ses immenses...
  • Sommet Américafrique : quelle démocratie pour les Africains ?
    Du  04 au 06 août prochain, le président Barack Obama reçoit à Washington la plupart de ses homologues africains. À l’instar de la Françafrique et de la Chinafrique, on pourrait parler ici d’une Américafrique. En dehors des enjeux économiques, la presse internationale évoque aussi des enjeux sécuritaires et politiques,...
  • L’aumône obligatoire de rupture du jeûne de Ramadan : De son prélèvement à sa flexibilité.
    Par Talha Mahamat Allim Genève, Suisse. Assurément, le mois béni de Ramadan est une occasion exceptionnelle d’un cheminement spirituel, social et humain qui conditionne le croyant dans la Voie de l’agrément divin. C’est aussi une expérience intense dans le sacrifice de...
  • La santé des femmes contribue à la prospérité
    Dans son discours lors de la célébration de la journée internationale des femmes en 2013, Barack Obama a déclaré que : « l'autonomisation des femmes n'est pas seulement la bonne chose, mais la chose la plus intelligente à faire” Lorsque les femmes réussissent, les nations sont plus sécurisées et plus prospères ". Il est...
  • Sommet des dirigeants des États-Unis et d'Afrique : La société civile africaine exige sa participation
    COMMUNIQUE   La société civile africaine demande à participer officiellement au Sommet des dirigeants des États-Unis et d'Afrique   Le premier Sommet États-Unis–Afrique se déroulera du 4 au 6 août prochains WASHINGTON, 23 juillet 2014/ -- À quelques semaines...
  • L’armée française est-elle un tigre en papier ?
    En France, tous les observateurs en sont babas à l’heure qu’il est : Rien ne va plus dans l’Armée française où tous les indicateurs sont au rouge vif depuis au moins deux ans. Ainsi, la Cour des Comptes, abasourdie et désorientée par les plus récentes données informatiques et budgétaires, n’a plus eu d’autre choix que de hurler...
  • Table ronde de Paris : des ambitions louables aux desseins inavoués du Président Béninois
    Le gouvernement a tenu du 17 au 19 juin dernier une table ronde économique qui devrait permettre au Bénin de lever des fonds pour amorcer un vrai décollage économique. Mais selon plusieurs observateurs, la réalité des affaires au Bénin ne satisfait pas aux exigences minimales des investisseurs. La vision Bénin Alafia 2025,...
  • Le Fonds monétaire africain et son ambition exagérée
    Lors du récent 23ème sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernements de l'Union Africaine (UA) à Malabo, en Guinée équatoriale, terminé le 28 juin denier, étaient présents le secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon, le Premier ministre de l'Espagne, Mariano Rajoy et le vice-président de Cuba,...
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés