Présentation

Profil

Jeudi 15 juillet 2010 4 15 /07 /Juil /2010 05:18

Sarkoepervier.jpgCinquante années après son accession officielle à la souveraineté internationale, le Tchad demeure à ce jour un pays arriéré, occupé, vassalisé, on pourrait même dire maudit. Si d’aucuns, certes beaucoup plus à raison qu’à tort, pourraient expliquer cette situation à travers la conséquence logique d’une gouvernance à tout le moins furieuse – surtout ces vingt dernières années -  de ce pays qui n’a jamais demandé qu’à se développer dans la paix et la sérénité, il n’en demeure pas moins -  preuves irréfutables à l’appui -  que la France est la mère de tous les problèmes du Tchad. Et pour cette raison, ce pays doit quitter le Tchad. En emportant armes, bagages et troupes.

Un demi-siècle de présence nocive et de rapports incestueux, sur fond de criminelles actions, ça commence à bien faire…

On aura beau faire abstraction des multiples et innombrables implications de la ‘’ douce’’  France dans la ruine de la nation Tchadienne depuis 1960, le pillage organisé de ses richesses et  la cascade de diktats imposés à son pauvre peuple martyrisé, ce qui demeure le plus insupportable – voire le plus diabolique – est le maintien sur un territoire soi-disant souverain d’une base militaire appelée "Opération Epervier", dont la logique, unique et irréductible, est d’assurer la sécurité et la survie  du régime totalitaire du général d’opérette Idriss Deby, petit-fils d’Itno.

     Un général de pacotille dont on sait tout de l’implication totale de la France – bien entendu en connivence avec la Libye de Kadhafi -, à l’époque dirigée par François Mitterrand, dans sa prise de pouvoir.

     C’est la France  - c’est connu - qui avait armé, financé et soutenu  le groupuscule dirigé par Idriss Deby, venu du Soudan, pour renverser le régime de Hissein Habré dont le tombeur avait été  – pourtant - pendant longtemps le sanguinaire chef d’état major de l’Armée.  

     De cette époque, les Tchadiens n’ont rien oublié des atrocités,  règlements de comptes et autres horreurs perpétrés par le lieutenant-colonel Deby.

      Un lieutenant-colonel – très rapidement auto proclamé général d’armée – dont l’arrivée au pouvoir a  ouvert  –  depuis exactement vingt ans - la page la plus sombre de l’histoire du Tchad, consacrant ainsi  la victoire de la vaniteuse France  sur un peuple Tchadien qui ne lui a, en réalité, jamais rien fait de mal.

      La France de Jacques René Chirac allait, à la suite de celle  de Mitterrand,  perpétuer la bonne vieille tradition de haine gratuite que la patrie de Foccart n’a jamais cessé de vouer au pauvre peuple Tchadien.  Une véritable haine froide qui est ficelée depuis exactement cinquante ans par de prétendus « accords de défense » qui ne sont rien d’autre qu’un vilain deal  – fait de conventions écrites et serrées par d’autres non écrites – permettant aux soldats français …entre autre  « de porter l’uniforme de l’armée Tchadienne », et même de «  participer totalement aux  opérations de maintien de l’ordre et  de sécurité »

      En clair, depuis l’aube de l’indépendance, la France s’est arrangée à toujours régenter le cours du quotidien du Tchad.  Une situation qui avait pris sa forme définitive dès  1976, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, à travers un véritable pacte par lequel les deux pays s’étaient  unis pour le pire en remplaçant l'Accord de Défense signé un certain 15 Août 1960 par un Accord de coopération militaire technique (mais aussi pour le besoin de la ‘’cause’’ taillé sur mesure pour pérenniser davantage sa présence, cet accord a été tripatouillé : un protocole additionnel est signé en 1990 !) qui affichait son « vrai visage »  dans son article 4, celui définissant  le cadre d'intervention des forces Françaises au Tchad:

        Un article aussi apparemment simple, mais en réalité bien  fumeux  qui stipule  clairement et froidement : « Les personnels militaires français servent dans les forces armées tchadiennes avec leur grade. Ils revêtent l'uniforme tchadien ou la tenue civile suivant les instructions de l'autorité militaire tchadienne. (…) Ils ne peuvent en aucun cas participer directement à l'exécution d'opérations de guerre, ni de maintien ou de rétablissement de l'ordre ou de la légalité. »

          Théoriquement, cette clause écrite noir sur blanc laisse dire que les soldats français de la coopération militaire n'ont pas le droit de tirer une seule balle au Tchad. Mais dans les faits, et selon la réalité du terrain, il suffit que ces soldats – vêtus de l’uniforme Tchadien -  soient en dehors de ce cadre de coopération pour jouer un rôle autrement plus… actif.

          Cela a été vérifiable au mois d’Avril 2006 quand, non contents de livrer toutes les positions des assaillants de la rébellion en temps réel grâce à des satellites et des avions espions, et même de les mitrailler avec leurs avions, les soldats Français,  avaient copieusement participé aux combats en utilisant des armes de longue portée.

         Evacuations_francais_fevrier.jpgAffublés de leurs tenues de "l’Armée Tchadienne", il aura été difficile de les distinguer des troufions de Deby – surtout les martiniquais et les antillais -  au petit matin du 13 avril quand leur appui logistique et militaire avait mis en déroute les colonnes de la résistance (FUC) qui n’avaient encore jamais été si proches de N’djamena.

     CMU_Entree_Ndjamena.jpgLe même scénario allait se répéter en février 2008 - sous l’actuel président français Nicolas Sarkozy -  avec cette fois-ci, des soldats Français intervenus à visage carrément découvert, pour sauver le soldat Deby, alors que les forces de la Résistance  (CMU), portées par les « hourras » de tout un peuple, avaient mis la milice de Deby en débandade, et réduit alors  - comme cela ne lui était encore arrivé - le dictateur à se terrer dans son bunker du Palais Rose comme un rat en attendant une fin inexorable.

     Il s’en sortit pourtant, grâce à l’intervention directe des troupes spéciales du « C.O.S » - sur ordre  de Sarkozy -  et au grand dam des Tchadiens qui n’ont plus eu que leurs yeux pour pleurer.

 Autant de faits  qui  prouvent sans l’ombre d’un seul doute que les  Accords de Défense des années 70 n'ont rien changé à la conception Foccaro-Gaulliste de l'Afrique. Car en réalité – et dans le cadre des clauses non écrites-  les accords de coopération Militaire entre la France et le Tchad ont fini par donner vie à un tortueux dispositif ad hoc baptisé DAMI –   Détachement d'Assistance Militaire et d'Instruction – dont le rôle est de « gérer »  les situations de crise sous la supervision directe … du chef de l’Etat français.

         Les DAMI  constitués de commandos des forces spéciales -  très souvent le 1er et 8e RPIMa  - et exceptionnellement le fulgurant et redoutable Commando des Opérations Spéciales (COS), se sont affirmés, au Tchad depuis les dix dernières années, comme de formidables  unités de renseignement et de protection du pouvoir en place.

           Bien installés à tous les niveaux de la hiérarchie de « l’Armée Tchadienne », les conseillers DAMI  constituent une chaîne de commandement parallèle à la hiérarchie officielle. Ce qui  permet à la France de maintenir au pouvoir - ou de changer- les dirigeants de son choix. C’est sous l’activisme vicieux et pernicieux, avec en toile de fond  les sous marines actions de la DGSE  - services secrets Français - que Hissein Habré a été renversé en faveur  d’Idriss Deby avec la complicité directe de la Libye par un important soutien militaire.

Ainsi, ceux qui sont dans les secrets des dieux savent bien que c’est sous la protection d’un DAMI, composé des légionnaires  du 1er RPIMa, soutenu, pour plus d’efficacité, par les super commandos du COS qui se sont téléportés à N’djamena en 2008 quand la rébellion était déjà aux portes du Palais rose, que Deby a été sauvé in extremis.

     Au regard de tous ces rendez-vous manqués du peuple Tchadien avec sa libération, qui sont autant d’échecs causés par la cynique politique Française de soutien des régimes impopulaires et totalitaires, en Afrique en général et au Tchad en particulier, il se dégage une constatation qu’aucun homme de bon sens ne saurait contester : la France et le régime MPS qui causent tant de malheurs au Tchad ne forment - ou ne font -  qu’une seule et même entité, comme les deux faces d’une même médaille. Ils sont indissociables, et ce malgré les déclarations itératives d’amitié du peuple Tchadien à l’endroit du peuple Français.

     Aussi devient-il constant que seul le départ de la France (la France dirigeante et son armée d’occupation s’entend) du Tchad constituera la seule garantie du salut de ce pays.

     On ne le dira en fait jamais assez : pour le peuple Tchadien, assujetti et écrasé par un dictateur soutenu à bout de bras par la France , le départ des troupes françaises du Tchad constituera à lui seul un extraordinaire  soulagement, puisque sous Deby -  plus que sous tous ses prédécesseurs -  la présence de cette Armée étrange et étrangère à N’djamena, Abéché, et aux quatre coins du Tchad n’est rien d’autre qu’une sorte d’assurance - vie pour le dictateur, et n’a jamais servi depuis vingt ans qu’à inhiber, par la force, l'expression de la volonté populaire.

      Au-delà du sophisme de la rhétorique diplomatique française qui justifie la présence de cette Armée au cœur de l’Afrique à travers des termes tels que « accords de défense », « accord de coopération militaire technique »  ou encore « liens de sang », y en a marre : la France doit partir du Tchad. Et le plus tôt sera le mieux. Mais quoi qu’il en soit, ces militaires partiront un jour. Inch ALLAH.

Par A.K | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • Après Jean Bernard Padaré au Tchad, le dossier Hissein Habré donne la poisse à Aminata Touré au Sénégal !
    A la suite de sa retentissante déculottée aux toutes récentes élections municipales sénégalaises où, candidate à la mairie de Dakar,  elle avait  été battue à plate couture, Aminata Touré, ministre de la justice de 2012 à 2013, puis Premier Ministre chef du premier gouvernement de pendant dix mois, a aujourd’hui...
  • Me Jean Bernard Padaré ramené au Tchad de gré ou de force ?
    Après avoir précipitamment fui la ville de N’Djamena et le Tchad en traversant le fleuve Chari en pirogue en pleine nuit, il y a quelques mois, pour se retrouver, au terme d’une époustouflante cavalcade, en France en décollant du Cameroun, le ci-devant ministre de la Justice Jean Bernard Padaré est revenu tout à trac au Tchad jeudi...
  • Quelles leçons nous apprend le mois béni de Ramadan qui s’achève?
    Par Talha Mahamat Allim Genève, Suisse. Le mois béni de Ramadan de l’année 2014 s'achève. Ce mois demeure incontestablement un moment de vie spirituelle, sociale et humaine exceptionnelle avec ses immenses...
  • Sommet Américafrique : quelle démocratie pour les Africains ?
    Du  04 au 06 août prochain, le président Barack Obama reçoit à Washington la plupart de ses homologues africains. À l’instar de la Françafrique et de la Chinafrique, on pourrait parler ici d’une Américafrique. En dehors des enjeux économiques, la presse internationale évoque aussi des enjeux sécuritaires et politiques,...
  • L’aumône obligatoire de rupture du jeûne de Ramadan : De son prélèvement à sa flexibilité.
    Par Talha Mahamat Allim Genève, Suisse. Assurément, le mois béni de Ramadan est une occasion exceptionnelle d’un cheminement spirituel, social et humain qui conditionne le croyant dans la Voie de l’agrément divin. C’est aussi une expérience intense dans le sacrifice de...
  • La santé des femmes contribue à la prospérité
    Dans son discours lors de la célébration de la journée internationale des femmes en 2013, Barack Obama a déclaré que : « l'autonomisation des femmes n'est pas seulement la bonne chose, mais la chose la plus intelligente à faire” Lorsque les femmes réussissent, les nations sont plus sécurisées et plus prospères ". Il est...
  • Sommet des dirigeants des États-Unis et d'Afrique : La société civile africaine exige sa participation
    COMMUNIQUE   La société civile africaine demande à participer officiellement au Sommet des dirigeants des États-Unis et d'Afrique   Le premier Sommet États-Unis–Afrique se déroulera du 4 au 6 août prochains WASHINGTON, 23 juillet 2014/ -- À quelques semaines...
  • L’armée française est-elle un tigre en papier ?
    En France, tous les observateurs en sont babas à l’heure qu’il est : Rien ne va plus dans l’Armée française où tous les indicateurs sont au rouge vif depuis au moins deux ans. Ainsi, la Cour des Comptes, abasourdie et désorientée par les plus récentes données informatiques et budgétaires, n’a plus eu d’autre choix que de hurler...
  • Table ronde de Paris : des ambitions louables aux desseins inavoués du Président Béninois
    Le gouvernement a tenu du 17 au 19 juin dernier une table ronde économique qui devrait permettre au Bénin de lever des fonds pour amorcer un vrai décollage économique. Mais selon plusieurs observateurs, la réalité des affaires au Bénin ne satisfait pas aux exigences minimales des investisseurs. La vision Bénin Alafia 2025,...
  • Le Fonds monétaire africain et son ambition exagérée
    Lors du récent 23ème sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernements de l'Union Africaine (UA) à Malabo, en Guinée équatoriale, terminé le 28 juin denier, étaient présents le secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon, le Premier ministre de l'Espagne, Mariano Rajoy et le vice-président de Cuba,...
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés