Présentation

Profil

Jeudi 12 août 2010 4 12 /08 /Août /2010 18:01

Deby_anime_conference_de_presse_le_11_aout_2010.jpgDepuis la journée du mercredi 11 Août, une nouvelle - que beaucoup n’ont guère hésité à prendre pour une farce – a fait attraper la danse de St Guy à tous les  télescripteurs d’Afrique et du monde entier ; une grosse et effarante nouvelle qui voudrait laisser croire que  le président Idriss Deby Itno serait – ni plus ni moins – en train de demander à la France de rassembler ses contingents militaires stationnés au Tchad, de les renvoyer à la maison… ou – le cas échéant - de commencer à payer s’ils tiennent à rester.

Voilà une posture qui frise tellement le chantage que personne n’y croit !

Idriss Deby aurait-il  subitement  pété les plombs au point d’oser demander à Nicolas Sarkozy de dégager ses troupes du Tchad, au prétexte que  «Cela fait 20 ans (1986) qu'Epervier existe et (…)  ne joue plus son rôle, à part quelques soins donnés aux malades et un appui logistique en cas d'agression quelque part».

« La France ne paye rien au Tchad, a ajouté presque pince sans rire le dictateur,  à part quelques marchandises qui entrent sous douanes.  Si la France veut rester au Tchad, a –t-il conclu,  utiliser ses avions et entraîner ses hommes, il y a un coût à payer. Autrement dit, si la France dit qu'elle n'a pas de moyens pour payer et qu'elle veut partir, nous garderons les meilleures relations possibles, mais nous n'empêcherons pas “Épervier” de partir.» 

On croirait entendre Moussa Daddis Camara. Mais non, c’est bel, et bien Idriss Deby Itno, général d’Armée autoproclamé, et putschiste  maintenu président de la République du Tchad depuis exactement 19 ans et huit mois grâce à la France qui a gracieusement mis ses militaires à sa disposition afin de le protéger des offensives rebelles. (Voir vidéo) 

Bien entendu, cette petite diatribe déclamée en public, et en direct à l’attention d’une presse qui n’attendait que ça,  a eu le don de susciter – il fallait s’y attendre, force grincements de dents du côté de l’Elysée – tout en inspirant toutes sortes de commentaires, spéculations, et bien entendu  gorges chaudes dans les chancelleries.

Et du coup, les interrogations fusent de partout : Tempête dans un verre d’eau ou colère vraie d’un potentat qui adore jouer les matamores ?

A en croire ceux qui ont pris cette petite bravade du tyran Tchadien à la lettre, et pour argent comptant, Deby voudrait faire comprendre à Sarkozy que les légionnaires Français ne lui seraient d’aucune utilité.

Pres_de_1.000_soldats_francais_sont_presents_au_Tchad_de.jpgCe qui est absolument faux puisque personne n’ignore que sans les interventions successives et déterminantes des troupes Françaises, tant le 13 avril 2006 que le 2 au 3 février 2008, on ne parlerait plus depuis longtemps du régime MPS qu’au passé composé.

Pour ces autres analystes qui auraient tendance à croire que, après la conclusion de la paix  - mais est-ce une vraie paix ? - entre le Soudan et le Tchad concrétisée par le départ de la rébellion Tchadienne du Soudan – et suivie du trop spectaculaire retour de flamme avec Mouammar Kadhafi - Deby pourrait s’estimer complètement à l’abri de toute menace de déstabilisation provenant ders rebellions qu’il pense trop vite avoir réduites à la capitulation ou à la débandade.

Mais en réalité, si Deby est impertinent, il n’est certainement pas fou, et il serait illusoire de le prendre au mot, car il sait trop bien ce qu’il doit, tant aux militaires Français qu’à Sarkozy lui-même pour son maintien à la tête de l’Etat Tchadien.

Il est en tout cas plus probable qu’il serait en train de  jouer pour l’heure les Tartarin de Tarascon en prenant les devants, car sachant que Sarkozy avait dans l’idée de démobiliser – d’ici la fin de l’année 2010 - une bonne partie – mais pas toute – des près de 1100 hommes stationnés à N’djamena et Abéché.

Et comme il sait que la France tient encore à posséder un poste en plein cœur de l’Afrique, en première ligne,  le maintien de son dispositif au Tchad demeure d’une haute importance.

En tout cas, il y a quelques semaines, en fin juillet, le ministre des Affaires étrangères Françaises, Bernard Kouchner, n’avait-il pas affirmé que la France tenait à «renforcer ses défenses» au Sahel après la mort de Michel Germaneau, dont al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) avait  revendiqué l'exécution

Sarkozy_Deby_carla.jpgMais Deby qui sait profiter des situations sensibles serait peut-être aussi en train de jouer serré avec Nicolas Sarkozy qui lui a joué – il ne l’a jamais digéré - un vilain petit tour avec les petits voyous de l’affaire de l’Arche de Zoé que le président Bling Bling était allé tirer en personne des geôles Tchadiennes sous la promesse de « régler tout ce qui entoure ce dossier après ».

Eric Bretteau et sa bande  avaient été condamnés par la Justice Tchadienne – après leur exfiltration présidentielle en France - à payer un bon petit paquet d’euros aux familles Tchadiennes  victimes de leurs exactions, pourtant le gouvernement Français n’a jamais levé même seulement le petit doigt pour faire rentrer ces dommages et intérêts dans les caisses Tchadiennes. Et cela est resté en travers de la gorge du despote de N’djamena.

Deby serait-il alors en train de régler ses comptes avec Sarko ? Possible, mais en attendant de le savoir, déjà le Ministre de la Défense Hervé Morin – dans la plus cynique maîtrise de la litote, et ne  laissant rien  transparaître du désappointement que le Gouvernement Français a dû éprouver – s’est limité à déclarer calmement, mais les yeux lançant des éclairs que «  le gouvernement français est «prêt à examiner» les demandes du président tchadien. »

Mais du coté de la Résistance Nationale, la réaction n’a guère tardé :

"Que ça serve de leçon à la France, a réagi Abderamane Ahmed Koulamallah, porte parole de l’UFR. La France a soutenu le régime de Deby en lui fournissant renseignements et logistique. Et, parfois même en intervenant. Le 2 février 2008, sans la France, le régime serait tombé. Aujourd'hui la France se heurte à l'ingratitude du régime qu'il a soutenu".
"C'est d'ailleurs caractéristique de ce régime aux abois, a poursuivi M. Koulamallah. Il ne tient pas sa parole dès que ça l'arrange.  

Ingratitude ou excès de désinvolture ? Idriss Deby n’est en tout cas pas en train d’inventer le fil à couper le beurre, ni de se donner l’exclusivité de demander aux militaires Français d’emballer leurs pénates, car depuis quelques mois, Me Abdoulaye Wade, président du Sénégal, et Ismaël Omar Guelleh – président de Djibouti  - n’ont guère eu froid aux yeux d’exiger de la France de payer si elle tenait à maintenir ses troupes sur leurs sols respectifs.

Quoi qu’il, en soit, et comme disent les anglais : « let’s wait and see », car cette dernière toquade de Deby aura bien des conséquences. Deby est trop fragile pour oser imaginer pouvoir se passer de la France. Il n’est rien, et ne serait rien sans la France.

Il tente d’engager une partie de Poker face à un adversaire expert en cartes truquées. Et à ce jeu là les dilettantes - comme l’époux de Hinda - ont toutes les  chances de perdre jusqu’à leur chemise.

 

Par A.K | Ndjamena-matin

---------

Lire aussi:

Conjuration d’une éternelle malédiction : La France doit quitter le Tchad !

---------

Les deux dernières photos : AFP

Par Ndouné - Publié dans : Politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • L’armée française est-elle un tigre en papier ?
    En France, tous les observateurs en sont babas à l’heure qu’il est : Rien ne va plus dans l’Armée française où tous les indicateurs sont au rouge vif depuis au moins deux ans. Ainsi, la Cour des Comptes, abasourdie et désorientée par les plus récentes données informatiques et budgétaires, n’a plus eu d’autre choix que de hurler...
  • Comment être dans la meilleure des postures pendant le mois béni de Ramadan?
     Par Talha Mahamat Allim Genève, Suisse. Le mois béni de Ramadan est non seulement l’une des meilleures et des plus belles écoles de la vie, mais véritablement un Trésor inestimable d’opportunités individuelles, familiales et communautaires, en se rapprochant davantage dans la recherche...
  • France • Sarkozy récolte ce qu’il avait laissé faire contre Chirac
    Pour la deuxième fois dans la Vè République, un ancien chef de l’Etat a maille à partir avec la justice française,  et la presse – surtout celle à scandale – s’en donne à cœur-joie. Il s’agit bien de Nicolas Sarkozy qui, pour l’heure crie à l’acharnement judiciaire, oubliant qu’il avait laissé faire la même chose contre son...
  • Sénégal : Le dossier Hissein Habré donne la poisse à Macky Sall
    La récente déculottée que vient d’essuyer Macky Sall et son parti dans le cadre des dernières élections municipales du 29 juin dernier n’a guère surpris les analystes froids qui savent bien que son succès à la présidentielle de 2012 n’avait en réalité été qu’une sanction contre Abdoulaye Wade qui n’avait pas eu le tact de quitter le...
  • Afrique : l’endettement est-il soutenable ?
    Si la perspective d’une croissance prometteuse incite les pays africains et avec eux les bailleurs de fonds à l’optimisme, le retour en force, depuis 2007, des pays africains sur les marchés financiers internationaux (émission d’emprunts obligataires libellés en dollars), soulève des inquiétudes au sujet de la soutenabilité de leur...
  • Le mois béni de Ramadan arrive ! Profitez de ce Trésor considérable.
    Assalamou Alaykoum chers frères et sœurs; Le Mois béni de Ramadan 1435 de l’hégire, correspondant à l’année 2014 s'approche à pas de géant. Bienvenue au plus prestigieux des hôtes sur terre. InchaAllah d'ici quelques heures, nous allons l’accueillir avec la plus grande joie et la plus grande ferveur...
  • Tchad : un pays sans armée
    Comme promis dans nos précédents écrits, nous essayerons de parler de l’armée Tchadienne, pardon de ce qui y tient lieu. Créée en 1961 soit une année après l’indépendance du Tchad, l’Armée Nationale Tchadienne, importante institution de l’Etat a vécu le temps d’un régime. Les généraux Doumro puis Félix Malloum qui l’avaient...
  • Liberté africaine : mythe ou réalité ?
    Le 15 avril 1958, à Accra, au Ghana, les dirigeants africains et des militants politiques se sont réunis à la première Conférence des États africains indépendants. La Conférence a appelé à la création de la journée africaine de la liberté, une journée pour « évaluer chaque année le progrès du mouvement de libération, et pour...
  • Afrique : présent versus futur
    La Banque africaine de développement (BAD) a organisé ses réunions annuelles à Kigali, au Rwanda, du 19 à 23 mai dernier. L'ambiance était optimiste et le pressentiment d'un essor économique imminent était palpable, du moins pour l'avenir. La banque a publié ses perspectives économiques pour l’Afrique avec des projections de...
  • Pour que la « renaissance de l’Afrique » devienne réalité
    Un bel avenir pour l'humanité dépend en grande partie de celui de l'Afrique, lequel dépend en grande partie de la capacité de ce continent à offrir des emplois et des perspectives à sa population de jeunes en pleine croissance. L'avenir des emplois dans cette région dépendra fortement d'un secteur privé sain, prospère et inclusif....
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés