Présentation

Profil

Dimanche 29 novembre 2009 7 29 /11 /Nov /2009 05:18



Progressivement, on évolue vers l’épilogue de l’affaire des vrais-faux dinars de Bahreïn avec les réquisitions déclamées à la va vite le 24 novembre dernier, devant le tribunal correctionnel de Paris par le Ministère Public Français qui a mollement demandé quelques peines de prison contre des acteurs périphériques de cette scabreuse affaire.

 

Mais en attendant que le juge vide le délibéré après les plaidoiries de la défense qui auront lieu ce mercredi 02 décembre, on a compris depuis longtemps que la justice française aura tout fait pour que la vérité n’éclate  pas au grand jour, se contentant, au nom du "diplomatiquement correct", à flageller de minables lampistes de l’affaire tandis que les vrais coupables sont ignorés, à la limite protégés. Avec au premier banc Idriss Deby Itno, pourtant l’un des « chefs bandits » de ce mauvais film qui a été tourné entre le Tchad, le Nigeria, l’Afrique du Sud, l’Argentine, la France.-

 

En effet, avec toute la médiatisation dont elle est l’objet depuis six ans, nul n’ignore plus le rôle joué dans l’opération de contrefaçon, aux ramifications internationales,  dite "affaire des vrais-faux dinars de Bahreïn", par le très affairiste et affairé président Idriss Deby Itno, notre ubuesque potentat tchadien, constamment impliqué dans de sales affaires, qui, dans ce cadre précis, n’avait pas  n’hésité  à patauger dans les eaux fangeuses de la falsification des devises ou du trafic de stupéfiants.

 

Or s’il est une curiosité dans cette affaire, c’est le fait que, nonobstant que l’enquête ait indubitablement établi que  Deby aura été  le cerveau  - ou l’un des cerveaux - de ce gang de contrefacteurs, son commissionnaire de l’époque – émargeant comme conseiller spécial à la Présidence de la République du Tchad -  Hassan Fadoul  avait reconnu le fait, et précisé dans des interviews  dans des journaux internationaux que le chef de l’Etat Tchadien en était le principal commanditaire :

 « Ce problème de faux dinars c’est lui (Idriss Deby, ndlr) qui l’a dirigé », dénonçait-t-il en 2001, après que Deby eut déclaré dans les colonnes d’un journal français ne rien savoir de cette affaire.

 

Et monsieur Fadoul de préciser : « Dès ma nomination – comme conseiller spécial à la Présidence de la République du Tchad - il m'a chargé d'effectuer un déplacement en Argentine pour ladite affaire. Évidemment je m’y étais rendu, et dès que j'étais rassuré de la possibilité, j'étais venu rendre compte au président. Il s'agit, en effet, d'un groupe d'individus auxquels nous avions demandé de nous "frapper" la monnaie de Bahreïn, moyennant une somme de 2.000.000 de dollars US. Avec l'avion du président, je me suis rendu à Johannesburg pour remettre la dite somme aux intéressés. Mais quelques temps après, ils nous ont envoyé un message nous signifiant que le coût du transport estimé à 300.000 dollars sera à notre charge. J'ai transporté cette fois-ci encore l'argent pour le remettre à M. Louan Bacquis représentant de l'entreprise CHYCON en Afrique. C'est ainsi que trois(3) cargaisons - de livraison de faux billets - ont été aussitôt programmées. Une fois avisés de la date de la remise des billets falsifiés, nous avons pris nos dispositions. La 1ère rotation avait été interceptée, et a atterri à, Niamey. Au niveau du Tchad, nous avons reçu les 2ème et 3ème rotations. De ce qui nous a été livré, 2.800.000 dollars ont été échangés à Kano. Chaque carton représentant 1 milliard 2000 dinar Bahreïni. Un chèque de 4.000.000 $ libellés au nom du président Idriss Deby nous avait été remis par un spécialiste des changes. Nous avons remis le chèque à Idriss Deby, qui, alors, l’avait déposé à la BDT. Avant que l'argent n'arrive, nous avons retiré 1.000.000.000 de FCFA, mais il s'est avéré après, que le chèque était sans provision. Depuis lors, le président Déby m'a dit que les gens nous ont suivis, et il fallait donc prendre des dispositions au niveau du cabinet jusqu'à ce qu'on trouve une solution… »

 

Les vrais faux Dinars épisode 1(Vidéo 1– Bakchich.info)

 

Ces aveux et bien d’autres, auraient pourtant pu suffire à faire inculper le président tchadien depuis 2001, et au moins parce qu’il est avéré que les autres protagonistes ne sont que des exécutants.

 

« On a eu à décharger ladite monnaie dans la chambre de son jardin, là où il a logé Nwamba. Il lui a délivré un passeport diplomatique. En voyant l’argent, Déby ne s’est pas contenu, il allait devenir fou. C’est pourquoi, il a téléphoné partout à ses amis tels que Brahim Maïnassara (ex-président du Niger), qui a eu à intercepter la 1ère cargaison pour son compte. »


Les vrais faux dinars de Bahreïn 2(Vidéo 2 – Bakchich.info)
 

Hassan Fadoul qui avait fait ces déclarations il y a une demi-douzaine d’années, précisément à un moment où il était en exil, et qui avait à un certain moment demandé itérativement et en vain d’ailleurs à la justice française de le laisser venir témoigner devant elle, vient de voir le procureur requérir 5 ans de prison contre lui, sur la base de ses propres aveux. Des aveux dont la quintessence se résume au rôle majeur du président Deby Itno.

 

Mais, ironie du sort, entre le moment où le conseiller en disgrâce Fadoul faisait ces incendiaires aveux et aujourd’hui, beaucoup d’eau a coulé sous le fleuve Chari.   

Il est peu probable que Hassan Fadoul aille aujourd’hui, gaillardement devant la justice Française redire ce qu’il aboyait sans arrêt au moment où il exigeait de se faire entendre.

 

 Encore que, beaucoup l’ont certainement oublié, au moment où Fadoul demandait furieusement le visa d’entrée en France pour aller témoigner devant le Tribunal, jamais les autorités françaises n’avaient consenti à lui accorder un visa d’entrée en France.

 

Alors où est la justice, et est-ce ainsi que la justice devrait se pratiquer ?

Beaucoup croient que non et concluront sans efforts que les relations coupables entre la France et certains régimes impopulaires d’Afrique vont faire autant de mal à la France elle-même qu’aux pays africains.

Mais avec l’affaire des vrais- faux billets de Bahreïn, le mur du son a été pulvérisé par cette « douce France » qui - décidément – prouve plus que jamais qu’elle serait capable de tout, au nom du diplomatiquement correct. Même à fermer les yeux sur la plus grossière affaire de fausse monnaie de ce début de troisième millénaire.

Pourtant,  soyons sérieux, est-il politiquement correct de le faire, au risque de laisser en rase campagne judiciaire un Etat souverain qui a carrément frôlé la cessation de paiement à cause de la gloutonnerie d’un potentat nègre avide de sang et de fric. A suivre.
Mais une chose est également certaine, quoique la présidente de la 11ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris estime que plusieurs personnes sur le continent africain peuvent s’appeler Idriss Deby, pour expliquer le fait que ni la cour ni le parquet n’aient jamais pensé à faire comparaître le N°1 tchadien, l’opinion nationale tchadienne et l’opinion internationale savent au moins que l’homme qui dirige le Tchad est un desperado en col blanc qui mériterait qu’un de ces jours, comme il en arrive dans la vie de tous les malfaiteurs, on lui mette le grappin dessus et l’expédie là où doivent se trouver tous ceux de son engeance : un centre de détention ! Car à dire vrai, c’est Idriss Deby qui était derrière !

 

Par A.K | Ndjamena-matin

Par Ndouné - Publié dans : Justice
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Sur Twitter

English - العربية

Articles récents

  • Idriss Deby engage la guerre contre le nord du Tchad !
    On le sait : Idriss Deby a fait un passage-éclair au nord du Tchad, mercredi dernier 13 août. En marge des criminelles instructions qu’il y avait données à sa soldatesque consistant à arrêter et tuer tout orpailleur vu à bord d’un véhicule 4x4, Il avait, par ailleurs, au cours de la soirée de cette journée, rencontré et discuté...
  • Tchad | Passage de Deby à Faya • La situation s’envenime : des morts et de nouvelles désertions !
    Quand la nouvelle a fusé que le Sultan Président était en train de se rendre à Faya pour,  pense-t-on, apaiser les tensions, beaucoup avaient pensé que c’est le dialogue et l’apaisement des passions qui allaient être au menu de la descente présidentielle. Que non ! Dès que le dictateur est descendu de son avion,...
  • Conséquence des affrontements dans le Tibesti : Brouille dans la famille présidentielle et désertion en masse dans la Garde Présidentielle !
    Décidément, les durs affrontements dans le Tibesti sont en train de produire de dramatiques effets induits : Avant-hier, mardi 12 août,  sept véhicules armés 4x4 bondés d’éléments de la Garde Présidentielle ont traversé la frontière soudanaise en passant par Moito – à mi-chemin entre N’Djamena et Ati -  aux alentours...
  • Tchad • Meurtres en masse, rapines, villages brulés, climat de terreur : L’Armée de Deby massacre des orpailleurs tchadiens dans le Tibesti
    Depuis plus d’une semaine, de violents affrontements armés enflamment la région du Tibesti et installent une indicible inquiétude calcinant une zone allant de la lisière de la frontière Tchado-Nigérienne à la quasi-totalité de la région du Tibesti. On y voit des militaires de l’armée tchadienne traquer et tuer sans vergogne des...
  • Décryptage • La visite de Hollande au Tchad : les enjeux
    François Hollande a débarqué  le 18 juillet 2014 au Tchad en pleine nuit – pour repartir le lendemain matin – sans même avoir visité N’Djamena. Il était venu avant tout, on l’a vu, pour installer Idriss Deby Itno dans sa fonction de « shérif »  contre le terrorisme en Afrique, mais après son départ, on réalise...
  • Baccalauréat au Tchad : la médiocrité perdure
    Au-delà des tonotruants travaux pharaoniques face auxquels l’homme de passage au Tchad – et particulièrement à N’Djamena pourait s’extasier – et qui donnent la fausse impression que le Tchad avance, il est un secteur qui maintient ce pays au bas du tableau des états les moins alphabétisés du continent, sinon du monde :...
  • Arrêt sur images • Tchad : La canne-fétiche de Deby pour la survie du fauteuil présidentiel !
    Depuis l’assaut raté des rebelles tchadiens en février 2008 qui les avait mené jusque devant le portail du palais présidentiel,– et qui avait failli culbuter le régime MPS en quelques heures – Idriss Deby avait compris qu’il était vulnérable et qu’il lui fallait absolument se protéger à tout prix. Il n’a pas fait moins que de se...
  • Sommet États-Unis/Afrique : la diaspora tchadienne organise un sit-in devant la Maison Blanche
    Protestation des Tchadiens devant la Maison Blanche - Le 05 Août 2014 de 09h à 17h. Barack Obama, le président des États-Unis d’Amérique a invité les chefs d'État et de gouvernement du continent à prendre part à un sommet États-Unis-Afrique les 5 et 6 Août prochains à Washington. Le dictateur...
  • Tchad : A quoi sert le pétrole ?
    Comme la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne producteurs de pétrole, le Tchad est à son tour frappé par la malédiction du pétrole. Devenu l’objet de convoitise des colosses exportateurs pétroliers, le pétrole du Tchad a été pendant longtemps jalousement gardé par les dirigeants politiques du pays depuis l’indépendance. Le...
  • Hollande à Ndjamena : Cynisme impérial
    Le cynisme affiché pendant la récente visite du président français à son homologue  tchadien assoit et justifie l'iniquité et la tyrannie que ce dernier exerce sur son peuple. Des impératifs de sécurité justifient parait-il la démarche de la diplomatie française, d’inspiration socialiste qui hier jurait avant de prendre le...
Liste complète

Dicton – Les 5 de la semaine

  Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Chaque rivière à sa propre source

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas


Proverbes africains - Source: Afrik

Quoi de neuf ?

Annonces


weather counter

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés